Le pissenlit, un joyau dans le jardin…

Taraxacum officinale (Astéracées)

C’est avec plaisir que j’entame ce nouveau post à propos d’une plante, tout aussi mal considérée que l’ortie par nos mentalités actuelles.
Le pissenlit fait figure de parasite sur les belles pelouses parfaitement tondues et d’un incroyable vert pomme. Sans doute à cause de cette méconnaissance des plantes qui s’est gangrénée depuis de nombreuses décennies maintenant.

Et pourtant, mis à part son caractère invasif, le pissenlit est loin d’être une « mauvaise herbe ». C’est même tout le contraire, à l’instar de sa voisine l’ortie.

Mais, bien entendu, le pissenlit n’a pas toujours été mal considéré.

Ce qu’en pensaient les Anciens :

Le pissenlit n’est pas clairement mentionné dans les textes antiques. Cependant, nous savons que le pissenlit était déjà largement présent sur le monde connu. Il a d’ailleurs sans doute été implanté en Occident par l’invasion des Barbares.

Pline et Théophraste parlent d’une plante nommée Aphakê. Mais il s’agit peut-être d’un terme générique qui désigne la famille des Composées, que l’on nomme plus généralement Astéracées aujourd’hui, et dont fait partie le pissenlit.

Le pissenlit ne fait pas énormément couler d’encre durant l’Antiquité et le Haut Moyen-âge, cependant, il fera beaucoup plus parler de lui plus tard.
On retrouve sa mention chez Hildegarde de Bingen, qui conseille le pissenlit pour purger l’estomac et guérir certains problèmes de vue.

D’ailleurs, lorsqu’Hildegarde considère le pissenlit comme « chaud et sec », la médecine ayurvédique (indienne), considère le pissenlit comme étant « froid, sec, léger et mobile ».

Nous sommes là, face à une contradiction certaine, du moins du point de vue des éléments.

Cependant, les deux traditions sont d’accord pour affirmer que le pissenlit permet de traiter certains problèmes d’ordre digestif (au sens large).
Ainsi, l’Ayurveda énonce que le pissenlit est un excellent dépuratif, chose qui se confirme par la science moderne.

Les apothicaires ont nommé cette plante « Taraxacum » sans doute en référence au terme arabe qui désignait peut-être le pissenlit sous le terme « Tarakhchacon ».

Au XVIème siècle, la réputation dépurative du pissenlit sera complètement affirmée par les scientifiques de l’époque. Ainsi, ils diront avec certitude que le pissenlit est diurétique et qu’il est bénéfique pour le foie.

Au XIXème siècle cependant, le pissenlit est relégué à la médecine populaire.

Nous le redécouvrons désormais, soucieux que nous sommes de la préservation du gigantesque patrimoine qu’incarne la phytothérapie et soucieux de l’effet des médocs de synthèse sur notre corps. Loin de l’arracher des gazons, nous en récoltons ses racines, mangeons ses feuilles, et laissons les abeilles reprendre des forces au printemps en butinant les capitules floraux.

Aperçu botanique et récolte :

Le pissenlit est une plante vivace de la famille des Astéracées. La tige, sans feuilles contient un suc blanc collant. Sa taille, très variable, va de 2 à 50cm, voir plus. Ses feuilles, qui lui valent son nom de « Dent-de-lion », le fameux « Dandelion » anglophone, sont allongées, d’un vert foncé et son découpées en « dents ».

Mais je pense que pour la description, je ne m’attarderais pas, tout le monde sait ce que sont que les pissenlits !

Pour la récolte du pissenlit, tout dépendra de ce qu’on souhaite cueillir. Pour les feuilles, il est préférable de les cueillir avant la floraison. On pourra pourquoi pas les déguster en salade.
Concernant les fleurs, on les récoltera avant floraison complète afin d’en réaliser des sirops ou pour des macérations dans du vinaigre à l’instar des Câpres, pourquoi pas.

Pour les racines, on préfèrera les récolter à l’automne, afin de bénéficier d’un maximum des propriétés du pissenlit. Mais il n’est pas exclu de les récolter au printemps avant la montée en fleurs.

Personnellement, je ne vous conseille pas de le cultiver, car il épuise le sol. Je vous conseille plutôt, pour le récolter, de vous reporter aux pissenlits présents naturellement dans les jardins, les prairies etc.

Racines fraiches

Les vertus médicinales :

Concernant l’utilisation médicinale du pissenlit, c’est bien souvent la racine que l’on sèchera et que l’on utilisera.

Le pissenlit, comme nous le disions plus haut, est un excellent dépuratif.
A ce titre, il est utilisé comme diurétique, mais également cholagogue. Très intéressant donc, pour régler les problèmes de digestions lentes et difficiles mais également contre l’excès d’acide urique.

Le pissenlit est également stomachique, comme le disais Hildegarde. Il est tonique et antidiabétique. Sa forte teneur en vitamine C lui confère en outre des propriétés antiscorbutiques.

Autre usages et fin :

Les racines de pissenlit peuvent être utilisées comme erzats de café, seules ou en association à la chicorée.
Les fleurs de pissenlits sont très mellifères, à ce titre, il est intéressant de laisser une bonne partie des pissenlits s’épanouir afin de permettre aux abeilles de se nourrir et de produire un miel de pissenlits des plus délicieux. .

Pour la petite anecdote, le mot pissenlit ne vient pas de sa vive couleur jaune. Ce nom dérive de ses propriétés particulièrement diurétiques : le « pisse en lit ». ^^

Une fois de plus, donc, nous voyons qu’une herbe que la majorité considère comme « mauvaise » ne l’est pas du tout. Le pissenlit offre de nombreux avantages qu’il serait dommage de s’en priver. De plus, comme la plupart des herbes dites « mauvaises» (décidément, je n’aime pas coller ce mot aux plantes), le pissenlit se répand très vite, grâce à ses aigrettes qui s’envolent au vent, et par conséquent il serait regrettable de ne pas en profiter !

L’Apothicaire.

Sources:
– Paul-Victor Fournier, Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France.
– Paul Ferris, Les remèdes de santé d’Hildegarde de Bingen.
– Frawley & Vasant Lad, La Divinité des Plantes, guide Ayurvédique de phytothérapie.

Image:
L’Apothicaire.

Publicités
Cet article, publié dans Herbier, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s