Les teintures pour conserver les bienfaits de la Nature…

Voilà un article que j’avais envie de rédiger depuis quelques semaines, mais n’ayant pas trouvé de temps pour le faire, ce n’est que maintenant que je m’y attèle. Pour celles et ceux qui sont familiers des préparations galéniques, ils n’auront aucun mal à réaliser leurs teintures, pour les autres, quelques explications s’avèreront nécessaires.

Tout d’abord, on est en droit de se demander, que sont les teintures?

Ce vocable d’apothicaire quelque peu curieux n’a rien à voir avec les teintures pour cheveux. ^^

Les teintures (teintures-mères ou officinales) ne sont rien d’autre que des macérations de plantes dans un solvant afin d’en extraire leurs principes actifs. C’est assez proche d’une infusion finalement, sauf que, pour les teintures, le solvant se trouve être traditionnellement de l’alcool. De plus, la macération se fait à froid et dure entre deux et trois semaines.

Quel est l’intérêt de l’alcool dans une teinture par rapport à l’eau ?

L’eau est un bon solvant pour extraire les principes actifs des plantes. Mais, malheureusement, l’eau est également très propice au développement des bactéries. Elle ne se conserve pas. C’est pourquoi on la réservera pour une consommation rapide, telle que l’infusion ou encore la décoction.

Pour comprendre l’intérêt d’un solvant bien choisi, il faut comprendre l’intérêt même d’une teinture. La nature suit l’évolution des saisons, ainsi il sera difficile de trouver en Janvier telle ou telle plante qui pousse en Juillet. Le séchage des plantes est intéressant certes, mais est encore plus intéressant le fait d’utiliser du « frais ».

C’est là qu’intervient ce genre de préparation. Le solvant utilisé doit à la fois pouvoir extraire les principes actifs d’une plante et conserver la préparation dans le temps. Ainsi, la teinture pourra être utilisée et se conserver très longtemps.

L’intérêt de l’alcool réside dans cette double capacité : il extrait et conserve.

N’y a-t-il pas d’autres solvants possibles ?

Bien sûr qu’il existe d’autres solvants.
Personnellement, je n’utilise pas d’alcool pour réaliser mes teintures. Et il n’a pas été facile pour moi de trouver une alternative intéressante à l’alcool. En effet, sur le web francophone, il existe peu de sites qui parlent des alternatives à l’alcool pour ce qui est des teintures et pas grand-chose du côté des livres non plus.

Mais ! En bon passionné d’histoire que je suis, j’ai pu constater qu’une célèbre « teinture » a fait l’objet d’une anecdote particulièrement cocasse. Il s’agit du Vinaigre des Quatre Voleurs, qui a été utilisé pendant la peste (XVIIIème siècle) par, comme son nom l’indique, quatre voleurs pour dépouiller les corps des pestiférés laissés à l’abandon avec leurs bijoux. Ces voleurs n’ont pas été contaminés par la peste, sans doute grâce à ce vinaigre.

Ce vinaigre est employé de la même manière que l’alcool dans une teinture. Il est utilisé comme solvant pour extraire les principes actifs des plantes.

Je me suis alors de suite réjouit quant à cette nouvelle qui tombait sur moi telle la manne.

Pour mon premier essai de teinture avec du vinaigre (de cidre, s’il vous plaît), j’ai jeté mon dévolu sur le thym officinal. Après trois semaines de macération, je filtrais enfin la solution, et elle était bel et bien efficace. 😉

En dehors du vinaigre, il y a aussi la glycérine végétale qui est généralement utilisée pour réaliser des teintures de bourgeons (dont la pratique se nomme gemmothérapie).

Comment réaliser une teinture ?

Le modus operandi est assez simple. Mais il y a la question du dosage de plantes par rapport à celui du solvant. Généralement, on prendra une part de plante pour cinq de solvant.
Mais, si vous avez un doute, sachez qu’il faudra toujours que les plantes soient totalement recouvertes de vinaigre (ou d’alcool, pour ceux qui l’utiliseront 😉 ).

Teinture simple ou composée ?
Une teinture simple contient une seule plante. Tandis qu’une teinture composée peut contenir deux plantes ou plus, c’est le cas du vinaigre des quatre voleurs.
C’est une question de choix. Personnellement, je préfère réaliser des teintures simples. Puis, si je souhaite allier telle plante à telle autre, je mélange les teintures simples ensemble.

Plante fraiche ou sèche ? Là aussi, c’est une question qu’il est intéressant de se poser.
Il est préférable, pour obtenir le maximum de principes actifs de la plante, de l’employer fraîche. Mais si vous ne pouvez vraiment pas obtenir la plante fraiche (une plante très exotique, par exemple), il vous sera tout de même possible de l’employer en teinture.

Une fois la plante et le vinaigre ensembles dans un bocal hermétique (large, c’est mieux pour tout vider lors de la filtration), vous refermez et secouez énergiquement. Puis, vous entreposez dans un endroit à l’abri de la lumière.

Une fois le temps de macération dépassé (entre deux et trois semaines, voir un mois pour les végétaux épais), vous pourrez filtrer à l’aide d’une mousseline. Pressez bien la plante dans la mousseline afin d’extraire le maximum de teinture. Enfin, étiquetez le bocal en précisant la date du début de macération.

Sachez qu’une teinture pourra se conserver plus d’un an, mais veillez à respecter les règles d’hygiène lors de sa confection, et la bonne conduite à tenir lors de son utilisation (ne pas laisser ouvert très longtemps, préférez-lui l’ombre à la lumière etc.)

Comment ça s’utilise ?

Les teintures se consomment le plus souvent par voie orale et diluées. Que ce soit dans un verre d’eau, de jus de fruit etc. Cependant, évitez les boissons chaudes.

Concernant la posologie, certains phytothérapeutes émettent l’idée de prendre 1 goutte de teinture par kilo de masse corporelle. Ainsi, un adulte de 70 kilos prendra 70 gouttes à étaler sur trois prises par jour. Ce qui fera à peu près 23 gouttes, trois fois par jour.

Il est possible également d’appliquer directement les teintures au vinaigre sur la peau. Je pense notamment au vinaigre de lavande ou de plantain pour soulager les piqûres d’insectes.
Mais il est tout de même préférable de les diluer pour la plupart des usages que l’on souhaite faire.

Soyez créatifs !

Pour conclure, je dirai qu’une fois la notion de teinture bien comprise, c’est la créativité qui fera le reste. Il y a tellement de plantes (toutes ?) que l’on peut employer en teintures, que le champ des possibles vous appartient.

Voilà, je voulais faire le point sur les teintures. Il manque surement des précisions, mais l’essentiel est là.
De plus je souhaitais vraiment parler des teintures à base de vinaigre, car je trouve qu’il manque cruellement d’articles sérieux là-dessus sur le web francophone (ou alors je ne sais pas chercher…). Et pourtant, je ne pense pas être le seul concerné par l’envie de ne pas utiliser d’alcool. Certains ont des prescriptions religieuses qui les empêchent de l’utiliser, d’autres attendent un heureux évènement, ou ne préfèrent pas en faire consommer les enfants. D’autres encore peuvent avoir des problèmes avec l’alcool. En tout cas, quelle qu’en soit la raison, il y a cette solution alternative.

Cerise sur le gâteau, le vinaigre regorge de propriétés thérapeutiques intéressantes, surtout le vinaigre de cidre, alors pourquoi s’en priver ?

L’Apothicaire.

Publicités
Cet article, publié dans Codex: Préparations médicinales, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Les teintures pour conserver les bienfaits de la Nature…

  1. Le vinaigre EST de l’alcool ! Il titre généralement entre 6 et 10° alcoolique (6 à 10% d’alcool pure par volume) selon sa qualité et son origine. Il est peu utilisé pour faire des teintures tout simplement parce qu’on ne fait pas de « teintures » réelles avec mais simplement… des vinaigres ! Pour réaliser une teinture, il faut que le degré d’alcool soit supérieur à 40° (voir 50°) afin d’être sûr d’extraire l’essentiel des principes actifs de la plante. En-dessous de ce pourcentage d’alcool, les principes actifs ne seront pas totalement extraits…
    Un autre souci se pose avec le vinaigre, c’est sa durée de conservation… Pour qu’une teinture ou un extrait de plante se conserve sur du long terme, il faut que sa teneur en alcool soit supérieur à 16° (16% par volume). Le vinaigre n’atteint jamais ce degré et de fait, il continue à « travailler » ce qui altère, à la longue, les principes actifs. Il n’est donc pas destiné a un usage sur du long terme… 🙂
    Pour en revenir à l’article, les personnes pour qui l’alcool est interdit (du point de vue religieux ou médical, par exemple) n’auront pas plus droit au vinaigre !

    • L'Apothicaire dit :

      Bonjour Vincent 😉

      Chimiquement, le vinaigre n’est pas de l’alcool. Car l’alcool s’est transformé. Le vinaigre est une combinaison d’eau et d’acide acétique. La transformation s’est faite par via fermentation (bactérie + oxygène). L’acide acétique n’étant pas de l’alcool, pas plus que l’eau ou l’air ne le sont.

      Concernant l’extraction, effectivement il faut un certain degré d’alcool pour qu’une bonne partie des principes actifs puissent y migrer. Autrement, on sera face à une teinture faiblement concentrée. Mais le titrage n’est valable que pour l’alcool.

      Comme tu dois sans doute le savoir, l’acide acétique joue le même rôle chimiquement (solvant), que l’alcool en ce qui concerne l’extraction. Tout simplement parce que l’acide acétique provient de l’alcool, mais n’en est pas.

      Pour ce qui est du nom « teintures », il a été quelque peu galvaudé dans cet article, en effet. Mais c’est pour insister sur la différence entre un vinaigre aromatique et un vinaigre médicinal. Le premier aura accueilli que peu de plantes (voir tout simplement de l’arôme pour les pro-industries), tandis que le deuxième aura été calibré pour avoir une présence suffisante de plantes afin de le rendre réellement efficient.

      C’est en ayant lu les travaux d’anglo-saxons dans le domaine que j’ai constaté cette différence.

      A propos de la durée de conservation du vinaigre, il faut savoir que plus le vinaigre sera ancien, meilleur il sera. Ce sont les « bonnes » bactéries qui le bonifieront. Ces bactéries potentialisent le vinaigre du fait de leur bienfaits sur l’assimilation des nutriments (et par conséquent, des principes actifs des plantes).
      De plus, un vinaigre se conserve très bien. J’ai encore quelques élixirs minéraux dans lesquels le vinaigre remplace l’alcool pour la conservation: aucun problème à l’horizon. L’élixir est encore « vivant » et en très bon état.

      Bien sûr, je ne m’appuie pas uniquement sur des lectures, mais aussi sur de la pratique. En effet, j’utilise les vinaigres tel que les teintures traditionnelles, et l’efficience est là. Il s’est alors passé quelque chose entre la plante et le vinaigre (évitons l’effet placébo^^ ).

      Si je m’en réfère à une religion qui proscrit l’alcool (l’Islam, à titre d’exemple), le vinaigre est tout à fait licite, car l’alcool, considéré comme impur n’est plus là car il s’est transformé (transmuté, diront d’autres). Le caractère enivrant étant absent, la licéité du vinaigre est justifiée (je sais cela de source sûre 😉 ).

      Enfin, je t’invite à tenter l’expérience en mettant une poignée de fleurs de lavande dans du vinaigre, tu verras alors qu’il y a bel et bien transfert…

      L’alcool est sans doute très efficace pour extraire, mais le vinaigre peut être une solution, je pense…

      Bien à toi.

  2. Autant pour moi, j’ignorais que le vinaigre ne contenait plus d’alcool… Comme quoi, il me reste encore bien des choses à apprendre !
    Il n’empêche, et c’est ce qui m’a fait réagir, qu’un vinaigre n’est pas une teinture, d’un point de vue galénique. Il n’en présente pas du tout les mêmes propriétés. J’ai eu l’occasion d’en tester un certain nombre au moment de l’écriture de mon manuel de magie verte (années 2000-2003).
    Même si certains ont des propriétés vraiment très intéressantes, ça ne vaut quand même pas une teinture-mère ou, mieux, un élixir spagyrique ! 🙂
    Après, c’est vrai qu’ayant la chance de posséder un laboratoire, je n’ai pas un regard objectif sur la question…
    @+

  3. L'Apothicaire dit :

    Comme je le disais, c’est une histoire de terminologie qui n’affecte pas l’efficience.
    C’est sûr qu’on obtient pas la même chose entre de l’alcool et du vinaigre. Pour l’élixir spagyrique, oui là c’est la méthode d’extraction qui fait toute la différence. 😉

    Bien à toi.

  4. HEINTZ dit :

    Bonjour,
    Je souhaite essayer avec des bourgeons de cassis et de l’harpagophytum racine, comment procéder?, d’avance merci.
    Cordialement,
    René

    • L'Apothicaire dit :

      Bonjour René!
      Concernant les bourgeons de cassis, je vous conseille d’utiliser de la glycérine pour les macérer. Pour comprendre comment faire, je vous invite à aller consulter cet article: http://wp.me/p28k6Z-wW

      Si vous ne disposez pas de glycérine, vous pouvez utiliser de l’alcool.

      Pour ce qui est de l’harpagophytum, employez de l’alcool fort.
      Pour réaliser la teinture, broyez à l’aide d’un moulin à café, les racines. Puis, placez-les dans un bocal propre et recouvrez d’alcool.

      Pour ce qui est des dosages, portez-vous sur 1 part de plante pour 5 parts d’alcool.
      Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas. 😉

  5. dheilly dit :

    contente de lire tout ce que tu dis sur le vinaigre de cidre je vais tester avec la lavande de suite si je mélange lavande et plantain les 2 ensemble tu pense que c’est ok en fait je compte me mettre a mon compte d’ici l’année prochaine je suis passionné par la phyto et l’aromathérapie et l’alimentation mais les teintures mères a base d’alcool ça me branchais pas trop je vais regarder ce que tu dis sur d’autres sujets a bientot

  6. Naouel dit :

    Salam alaykoum wa rahmatullahi wa barakatuh

    Je viens de découvrir votre site en cherchant un article sur le siwak et j’ai était intéressée par votre approche très scientifique qui me plaît beaucoup. ….
    …Et la je tombe sur LES TEINTURES! !!!
    Je tenais juste à vous remercier pour cet article qui « tombe à pic »!
    Vraiment MERCI!!!!!!
    J’ai lu la petite présentation que vous faites de vous. J’aimerais vraiment savoir où avez vous étudié tout ça (adresses precises) car c’est tout simplement MAGNIFIQUE.

    Merci encore et surtout continuez! 😉

    • L'Apothicaire dit :

      As-salam ‘alaykoum wa rahmatallah wa barakatou.
      Merci beaucoup pour votre commentaire qui me touche vraiement. 🙂
      Et de rien pour cet article, ça me fait plaisir.

      Alors, où ai-je étudié tout ça? Grâce à mes lectures diverses et variées.
      Je ne suis pas diplômé d’herboristerie (bien que ce diplôme ne soit pas reconnu en France), ni diplômé de médecine ou de pharmacie.

      Tout cela, je le fais en autodidacte. 🙂

  7. nicole dit :

    bonjour
    peut-on faire ces TM avec du vinaigre de miel !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s