Paul-Victor Fournier, Dictionnaire des plantes (…)

Image début - Copie

J’introduis une nouvelle catégorie dans ce blog, à savoir : la Bibliothèque.
Il est à noter qu’en matière de phytothérapie, d’aromathérapie et autres, aux côtés de l’observation et de l’expérience du terrain, la littérature est très importante.

C’est par la littérature qu’aujourd’hui (et depuis longtemps, en fait), bon nombre d’entre-nous accédons à un large champ de connaissances.

Et en matière d’herboristerie, j’aimerai parler d’un ouvrage colossal rédigé par le chanoine Paul-Victor Fournier : le Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France.
Cet ouvrage, d’à peu près 1050 pages a été réédité par Omnibus, en 2010.
Son prix reste raisonnable pour une œuvre de cette trempe : 35€ (Prix France TTC).

Je disais, ouvrage colossal, voyons alors la Table des Matières :

  • La bible des plantes médicinales, préface de Clotilde Boisvert (p11)
  • Avant-propos de l’auteur (p15)
  • Bref historique de la phytothérapie (p18)
  • Mode d’action des plantes selon leurs principes actifs (p24)
  • Dictionnaire (p29)
  • Bibliographie de Paul-Victor Fournier (p973)
  • Bibliographie sommaire (p977)
  • Vertus et propriétés des simples (p981)
  • Répertoire thérapeutique (p989)
  • Table de Correspondance avec Les Quatre Flores de la France, de P. Fournier (p1001)
  • Index des noms français, savants et populaires (p1005)
  • Index des noms botaniques latins (p1036)

A quel public cet ouvrage est destiné ?

A tout le monde : herboriste débutants, confirmés, médecins, pharmaciens, botanistes, curieux etc.
L’avantage de cet ouvrage est qu’il n’est pas assommant pour les « non-scientifiques ». Il est rédigé en français simple et totalement compréhensible, ce qui n’enlève en rien le sérieux de la démarche.
Tout de même, persiste un langage de « pro » qui est indissociable du savoir actuel sur les plantes médicinales.

Cet ouvrage rassemble à la fois des connaissances du passé et des découvertes actuelles.
Attention, il faut veiller à remettre cet ouvrage dans son contexte:
L’auteur est né à la fin du XIXe siècle et rédige cet ouvrage durant la Seconde Guerre Mondiale. Le savoir scientifique intrinsèque au règne végétal a un peu vieilli dans cet ouvrage.

Quand bien même cet ouvrage ne raconte aucune bêtise, il est primordial de compléter sa lecture avec des ouvrages comportant de récentes recherches scientifiques. Ainsi donc,  les approximations de l’auteur seront vite précisées, les petites zones d’ombres seront vite éclairées.

Comment fonctionne ce dictionnaire ?

Image milieu - Copie 2Comme n’importe quel dictionnaire, tout d’abord.
Mais surtout, ce qui est intéressant, c’est que l’auteur aborde la plante sous plusieurs aspects.
Bien sûr, les noms vernaculaires donnés à la plantes sont toujours accompagnés du nom latin universel, ce qui ne permet aucune confusion.

Un aperçu historique est apporté en début des descriptions, qui permet de mieux replacer l’usage de la plante dans l’histoire de l’Homme.
Un descriptif botanique permet au botaniste en herbe d’acquérir quelques notions de biomorphologie pouvant l’aider à reconnaître une plante dans son biotope. De plus, quelques informations sur la culture et la récolte de chaque plante permet à quiconque souhaitant cultiver, de lire quelques conseils avisés.

Survient ensuite un paragraphe plus ou moins long sur l’usage thérapeutique de la plante décrite. L’auteur apporte les connaissances des savants du passé, mais aussi des pratiques rurales éprouvées, et enfin des connaissances qui lui sont plus récentes (un peu moins pour nous).

Le chanoine ajoute des « Modes d’emploi » qui correspondent à un listing de formes galéniques possibles selon la plante décrite. Les posologies et dosages sont décrits.

Lorsqu’une plante est toxique, Paul-Victor Fournier l’indique et décrit les effets néfastes de la plante, les symptômes d’une intoxication également.

Enfin, les principes actifs sont parfois indiqués, mais ce n’est pas le cas pour toutes les plantes.

Quelques listes bien pratiques sont ajoutées à la fin de l’ouvrage. Il y a une liste de propriétés par ordre alphabétique avec les plantes associées (p981).
Puis une liste de symptômes et de maladies avec les plantes qui peuvent y remédier (p989).
Il y a également un index des plantes suivant leurs noms vernaculaires, puis un index du même type mais suivant cette fois, leurs noms latins.

Ce dictionnaire concerne avant tout les plantes de France, qu’elles soient inoffensives ou toxiques. Vous n’y trouverez donc pas la flore exotique.

Les points positifs :

L’aspect intéressant du livre est qu’il s’adresse à tout le monde. Il n’est donc pas difficile de comprendre le savoir qui y est dispensé. De plus, il permet une navigation aisée lors d’une recherche. L’index est, dans ce contexte, très utile.
L’historique  de la plante fournit des informations précieuses et parfois cocasses, qu’on ne retrouve pas partout.

De très nombreuses plantes sont passées en revue dans ce dictionnaire. Ceci est un vrai plus quand on à lu bon nombre d’ouvrages de phytothérapie qui ne cataloguent que les plantes les plus couramment utilisées dans le domaine. Ici, on peut y trouver des plantes parfois inconnues du grand public, mais qui ne sont pas pour autant dénuées d’intérêt médicinal.

Les points négatifs :

Il y en a peu, mais il y en a quand même. J’en ai déjà parlé plus haut : ce livre commence un peu à vieillir. Même si les informations transmises restent d’actualité, elles ne sont pas aussi précises qu’aujourd’hui. Il convient alors de compléter la lecture d’une fiche de plante par une autre lecture dont les informations se basent sur des recherches récentes, et ce, pour éviter tout problème.

Petit point négatif qui concerne la botanique : ce n’est pas un ouvrage de botanique, tant par son contenu que par sa forme.
Son contenu n’est pas assez pointu et pédagogique du point de vue de la botanique (même s’il l’est du point de vue médical).
Sa forme empêche tout transport régulier dans la nature : c’est un pavé de plus de 1000 pages, celles-ci ont l’épaisseur des pages d’un dictionnaire. Il serait alors périlleux de transporter cet ouvrage sous la pluie, le vent, et autres conditions climatiques de ce genre.

Pour finir :

Enfin, et pour conclure sur cette fiche de présentation d’ouvrage, je dirai que c’est un livre à mettre dans toutes les bibliothèques de ceux qui s’intéressent aux plantes.
Il peut s’avérer indispensable à toute recherche préliminaire concernant un végétal. Il permet un aperçu global de la plante sans pour autant se montrer lacunaire.
Bien qu’écrit au milieu du XXe, ce livre reste moderne et ne tombe pas dans le piège du « remède de grand-mère » tant critiqué par les blouses blanches.
P.-V. Fournier, ce chanoine amoureux du règne végétal a su, à travers ce dictionnaire, nous montrer de façon pragmatique à quel point nos écosystèmes sont à la fois merveilleux et sauvages.

L’Apothicaire.

Bannière fin  - Copie - Copie

Publicités
Cet article, publié dans Bibliothèque, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s