La mélisse, remède d’hier pour la santé d’aujourd’hui.

Mélisse1

Petite présentation d’une plante aromatique que j’aime beaucoup : vous l’aurez deviné, je parle bien sûr de la mélisse !
Utilisée par les Hommes depuis longtemps, la mélisse, comme beaucoup d’autres, a survécu à la pression des grands groupes de pharmacie de synthèse. Elle garde en effet sa bonne réputation et fait partie intégrante de certaines préparations, toujours commercialisées aujourd’hui.

A travers cet article, je vais essayer de vous faire découvrir cette plante aux vertus très intéressantes, notamment via son histoire qui est loin d’être sommaire : mais, promis, je ne vous assommerai pas trop avec !

Petit historique :

La mélisse accompagne la vie des Hommes depuis l’Antiquité. En effet, on retrouve sa mention chez Théophraste, Dioscoride ou encore chez Columelle. Ceux-ci décrivent la mélisse et en notent les propriétés thérapeutiques.
Elle tire son nom du grec « melissophyllon » qui signifie « la feuille des abeilles ». En effet, la mélisse est une plante qui attire beaucoup les abeilles.
En Inde, elle est utilisée dans la médecine ayurvédique, considérée comme piquante et douce à l’énergie « rafraîchissante » tempère les doshas Kapha et Pitta et reste plutôt neutre pour le dosha Vata.
Bien qu’appréciée, elle n’était pas fortement utilisée, et ses propriétés restaient encore peu connues.

Il a fallu attendre le Moyen-âge pour que la mélisse commence à revêtir la réputation que nous lui connaissons aujourd’hui. Les Arabes la cultivaient beaucoup, notamment en Espagne. Elle sera introduite du côté des Alpes, sans doute aux alentours des Xe-XIe siècles.
Les Arabes en font une plante du cœur : elle le fortifie et le protège. Mais aussi, la mélisse sera réputée pour améliorer la digestion ou combattre l’insomnie. De même, ils l’indiquaient contre les angoisses et les palpitations qui lui sont liées.

Certains contemporains, comme Trousseau (XIXe siècle) placent le rayon d’action de la mélisse sur le système nerveux. En effet, la mélisse était recommandée contre les problèmes de mémoire, la « mélancolie », les maux de têtes, la fatigue intellectuelle etc.

Aujourd’hui, la mélisse reste connue pour intégrer de célèbres recettes ou formules.
Pour exemple, nous citerons la célèbre « Eau de mélisse des Carmes » : cette eau composée d’aromatiques, dont la mélisse, a été réalisée et commercialisée par les Carmes (des moines). On lui prêtera de nombreuses vertus : en somme, elle sera considérée comme une panacée. Le cardinal de Richelieu s’en servira même contre ses céphalées.
Toujours utilisée de nos jours mais reléguée au rang de « potion de grand-mère », l’Eau des Carmes renait, notamment via la tendance « vintage/rétro » que nous connaissons bien.

Aspects botaniques :

De la famille des Labiées, la mélisse (Melissa officinalis) se compose de feuilles pétiolées et opposées d’un vert

Les fleurs blanches de la mélisse officinaleplutôt clair. Les fleurs sont généralement blanches. Les feuilles dégagent une odeur particulièrement citronnée : cela lui vaudra le nom vernaculaire de « citronnelle » (mais à ne pas confondre avec la vraie citronnelle).
Vous pourrez semer la mélisse d’avril à juin. Si vous préférer le plant, après un an en terre vous pourrez récolter les feuilles d’avril à octobre. Récoltez-les régulièrement avant la montée en fleur. En effet, une fois les fleurs apparues, la mélisse prendra une saveur légèrement acre. Il faudra la récolter par beau temps. Séchez les feuilles à l’ombre et au chaud.

La mélisse contient des tanins, du camphre, des sucres, de la résine, une essence (avec citronnellal, citral, géraniol, linalol etc.).

Ses propriétés thérapeutiques :

Mélisse2A travers le système digestif, la mélisse s’avère être toniquestomachique, mais aussi antispasmodique.
La mélisse est également carminative, cholérétique et vermifuge. Elle sera d’une aide intéressante contre les nausées de grossesse.

La mélisse s’utilise également très bien comme antalgique et analgésique (en teinture, par exemple).
Elle est également sédative. A ce titre, elle pourra être utilisée contre les insomnies mais également contre les états nerveux en tout genre.
Elle sera utile comme anxiolytique et antidépresseur.
Agissant toujours sur le système nerveux, la mélisse sera psychostimulante mais également neurotrope. Très intéressante donc, lors de fatigue intellectuelle et/ou physique (asthénie).

La mélisse a plus d’un tour dans son sac : en effet, elle pourra être utilisée contre les douleurs rhumatismales (en compresse, teinture ou baume). Elle est anti-inflammatoire. Elle luttera contre les vertiges et les palpitations (qui peuvent être quelques un des symptômes de la spasmophilie, et nous l’avons vu, la mélisse est anxiolytique).
Enfin, la mélisse en tant qu’emménagogue, agira contre les dysménorrhées.

Pour terminer :

Comme nous venons de le voir, la mélisse regorge de propriétés très intéressantes.
Plante utilisée depuis l’Antiquité, elle incarne cependant une réponse à nos problèmes de société actuels. En effet : angoisse, asthénie, douleurs, inflammations sont des problèmes que nos peuples rencontrent régulièrement. Bien que loin d’être la seule, la mélisse apporte néanmoins une solution douce et efficace.
Je vous encourage à planter de la mélisse, au vu de la déplorable situation apicole que l’on vit aujourd’hui: les abeilles sont en danger et notre équilibre écosytémique en dépend. La mélisse, plante mellifère par excellence ne sera que bénéfique à la vie.

L’Apothicaire.

Mélisse4

Sources :

– Jean Valnet, L’aromathérapie, se soigner par les huiles essentielles.
Paul-Victor Fournier, Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France.
– D. Frawley, V. Lad, La divinité des plantes. Guide ayurvédique de phytothérapie.
– gerbeaud.com

Publicités
Cet article, publié dans Herbier, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La mélisse, remède d’hier pour la santé d’aujourd’hui.

  1. Ping : La mélisse, remède d'hier pour la...

  2. karima dit :

    franchement je connait pas ,les feuilles ressemble a celle de la menthe ,je ne sais pas si elle à le même goût que la menthe ———–non je connait pas

    • L'Apothicaire dit :

      Bonjour Karima,
      La mélisse fait partie de la même famille botanique que la menthe, cependant elles sont différente sur le point gustatif et olfactif.
      La mélisse a une odeur et un goût citronné qu’on ne retrouve pas chez la plupart des menthes, mis à part la menthe citronnée. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s