La sauge, plante maîtresse de la pharmacie naturelle.

Sauge1

À nouveau, je vous propose un article concernant une plante bien célèbre.
Après la mélisse que nous avons vu, c’est au tour de la sauge officinale de faire son entrée dans le blog. Je parlerai ici de la plante et non de l’huile essentielle (nous y reviendrons).

À nouveau sur le devant de la scène en matière de phytothérapie, nous allons voir que la sauge a toujours été perçue comme une plante miracle.

Une panacée millénaire :

La sauge revêt cette réputation depuis l’Antiquité. Des auteurs tels que Dioscoride ou Galien en vantent déjà les mérites. Ils la considèrent comme diurétique, emménagogue ou encore hémostatique.
Cependant, à cette époque, on distingue encore mal les différentes espèces : ce qui donne lieu à des confusions.

Mais la sauge connaît également un franc succès à l’époque médiévale. Elle figure notamment sur le fameux Capitulaire de Villis (vous trouverez quelques informations plus précises en cliquant ).
La sauge aura toujours sa place dans les monastères et les « jardins de curés ».
A ce propos, Hildegarde de Bingen nous dit que :

« La sauge est de nature chaude et sèche. Elle est bonne à manger aussi bien crue que cuite, pour ceux qui souffrent d’humeurs nocives, car elle apaise ces humeurs »

En Inde, la sauge est également utilisée dans la médecine ayurvédique. Elle est considéré comme bénéfique contre les excès de Kapha (lourdeur et humidité). Elle était notamment indiquée contre les états grippaux.

La sauge détient même une aura sacrée, comme on peut le voir dans les rites amérindiens de purification. Elle est toujours utilisée à cette fin dans les pratiques ésotérico-religieuses.

A l’Ecole de Salerne, un axiome est devenu célèbre :
Il dit : « Cur moriatur homo cui Salvia crescit in horto ? »
Autrement dit : « Pourquoi un homme mourrait s’il cultive de la sauge au jardin ? »

Cette phrase est passée à la postérité et annonce bien la couleur : la sauge à la réputation de panacée.
D’ailleurs, il est intéressant de s’attarder deux secondes sur l’origine latine de son nom.
La sauge, nom dérivé du latin « Salvare » signifiant « qui sauve ».

Comme beaucoup de plantes, la sauge est tombée dans l’oubli général avec l’avènement des nouvelles techniques médicales. Cependant, dès la deuxième moitié du XXe, la sauge retrouve sa gloire d’antan et fait à nouveau des adeptes.
Attention, l’huile essentielle de sauge officinale est à manier avec dextérité. D’ailleurs, elle n’est pas en vente libre en France (mais vous pouvez la trouver ailleurs). Si vous n’êtes pas familier des dosages en aromathérapie ou encore moins, des huiles essentielles : abstenez-vous de l’utiliser et préférez la plante dans son ensemble.

Quelques notions botaniques :

Plus de 500 espèces (dont la sauge sclarée, bien connue en aromathérapie) constituent le Sauge2genre « Salvia ». Ici, il est question de la sauge officinale. Elle est de la famille des Labiées (comme les autres sauges). Elle se développe en un petit arbuste (qui fait entre 40 et 50cm de haut), son feuillage, d’un vert gris est persistant. C’est une plante rustique.

Si vous souhaitez planter de la sauge, faites-le au printemps. Elle pousse facilement et ne nécessite pas d’entretien particulier. A la fin de l’hiver, dès que les températures remontent, taillez légèrement. Assurez-vous que votre plan soit exposé au soleil.

Récoltez les feuilles un an après la plantation (il faut que la sauge se soit bien bâtie). Faites les sécher à l’ombre et conservez dans une boîte hermétique.

Quelles propriétés thérapeutiques pour la sauge ?

Sauge3Elle est considérée comme une panacée (id est : qui guérit tout). Tempérons et voyons plutôt ce qu’elle soigne.
La sauge est diurétique et dépurative (quelques tasses de tisanes au printemps sont bienvenues). Elle pourra alors être utilisée contre les mictions insuffisantes. Elle est également tonique et stimulante.

Sur le système digestif, elle sera apéritive, antispasmodique, stomachique et vermifuge.
La sauge est également antiseptique, antivirale, cicatrisante, antipsorique, antisudorale et emménagogue.
Enfin, la sauge est aussi fongicide et active les « polynucléaires » (cellules responsables de l’efficacité de notre système immunitaire).

La sauge est intéressante contre la transpiration excessive.
Les problèmes digestifs trouveront remède chez la sauge.
Les virus et autres infections hivernales pourront être traitées par la sauge : grippe, bronchite, sinusite etc.
L’asthme pourra être réduit par la sauge (en inhalation, par exemple).
La sauge sera intéressante pour traiter les affections buccales : aphtes notamment.
Fortifier les cheveux et retarder l’apparition (ou le développement) des cheveux blancs sera possible avec la sauge (en eau de rinçage ou autre.). De plus, la sauge permettra de lutter contre les pellicules en régulant la sécrétion de sébum sur le cuir chevelu.

Pour finir, quelques précautions à prendre :

Les femmes enceintes ou allaitant ne devront pas utiliser la sauge (par voie interne, surtout).
Les personnes ayant des affections neurologiques (tels que les épileptiques) s’abstiendront également.
Si vous êtes sous traitement hormonal, demandez l’avis de votre médecin. De même pour toute femme ayant des antécédents de cancer du sein.
Au moindre doute, renseignez-vous auprès d’un spécialiste.

Autrefois considérée comme une panacée, nous tempérerons nos propos en s’ajustant avec les récentes recherches effectuées. La sauge reste une plante salvatrice qu’il est bon d’avoir en réserve et/ou au jardin. Se prêtant à de nombreuses applications, la sauge devrait être dans toutes les bonnes pharmacies naturelles.

L’Apothicaire.

Sauge4 (4)

Sources :

– Jean Valnet, L’Aromathérapie, se soigner avec les huiles essentielles.
– Paul-Victor Fournier, Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France.
– D. Frawley, V. Lad, La divinité des plantes, Guide Ayurvédique de phytothérapie.
– J-M. Morel, Traité pratique de phytothérapie.
– P. Ferris, Les remèdes de santé d’Hildegarde de Bingen.
– gerbeaud.com

Publicités
Cet article, publié dans Herbier, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s