La menthe poivrée, une alliée depuis l’Antiquité

1 Mentha piperita

La menthe, ou devrais-je dire les menthes, sont particulièrement bien connues des Hommes.
Depuis toujours, elles vivent à nos côtés et sont utilisées pour traiter différentes pathologies mais aussi pour apporter de fraîches saveurs aux aliments.

Tentons alors de découvrir quelles sont les utilisations de la menthe poivrée et observons à quel point cette plante fort utile devrait se trouver dans tous les jardins ou jardinières !

Une antique panacée :

Notons tout d’abord que la menthe poivrée n’a été identifiée comme telle que depuis peu (1696).
Autrefois, et ce depuis l’Antiquité, la menthe bien que fort utilisée était la menthe pouliot  (Mentha pulegium). C’est bien souvent elle qui est citée chez les grands auteurs.

Ainsi, la menthe est décrite chez Hippocrate qui lui attribue la propriété de calmer les désirs de chairs et de dissoudre le sperme. Aussi, Aristote était du même avis.
Cependant, la menthe était utilisée contre bien des choses : les morsures de serpent, les crampes d’estomac mais aussi les maux de tête ou encore comme diurétique.

2 Mentha piperitaSous l’Empire Romain, Dioscoride l’emploiera  également pour soulager les douleurs stomacales.
Et Pline l’Ancien considèrera la menthe pouliot comme pouvant soigner toutes les douleurs internes.
D’ailleurs, celui-ci dans son Histoire naturelle (livre XX) nous dit : « La menthe a une odeur qui éveille l’esprit et une saveur qui excite l’appétit ». Mais encore, il énonce que la menthe est utile contre « les affections du poumon [… et] les affections des narines ».

En Egypte, la menthe était également utilisée : on la retrouve mentionnée dans le papyrus Ebers. Des feuilles de menthe ont également été retrouvées dans une tombe.

Au Moyen-âge, la menthe fut tout autant utilisée. D’ailleurs, elle a fait l’objet d’une attention particulière de la part de Charlemagne qui, voyant sont intérêt thérapeutique, la fit inscrire sur le Capitulaire de Villis afin qu’elle puisse être cultivée sur toutes les terres du domaine royale.

Parfois mêlée à l’opium, la menthe était utilisée contre les douleurs.
L’abbesse Hildegarde de Bingen la conseille contre les maux d’estomac, les nausées, maladies de la poitrine (poumons et cœur) et contre les troubles de la vue.

En Ayurvéda, la menthe poivrée aide les doshas Pitta et Kapha en diminution à retrouver un accroissement de leur fonctionnement. Elle est considérée comme piquante.

Nous le disions plus haut, la menthe poivrée n’est réellement identifiée et décrite qu’à la fin du XVIIe.
Les scientifiques découvrent que la menthe poivrée est le résultat d’un croisement entre la menthe aquatique et la menthe verte. Elle sera cultivée à Mitcham, en Angleterre où elle sera supposée être la meilleure en termes de qualité. En effet, la menthe poivrée sera cultivée tant pour son huile essentielle que pour son utilisation « brute ».

Aujourd’hui, la menthe est presqu’une star tant elle s’illustre partout. Que ce soit dans les chewing gum, les dentifrices, les produits ménagers, les sirops désaltérants, les pastilles pour l’haleine etc.

Botanique :

Reconnaître une menthe n’est pas difficile. En effet, nous connaissons tous son odeur et 3 Mentha piperitapouvons alors facilement l’identifier. Cependant, différencier les multiples espèces de menthe s’avère parfois plus compliqué.
Concernant notre article, nous traitons de la menthe poivrée dont le nom latin est Mentha x piperita. La menthe poivrée ne possède que peu de poils, ses feuilles d’un vert admirable sont longues et dentées. Ses feuilles dégagent une odeur de menthe assez forte, presque piquante, aux notes proches du poivre : d’où son appellation.
Sa tige est quadrangulaire aux couleurs allant du violacée au pourpre.

La menthe poivrée (tout comme les autres menthes), se cultive très facilement. Elle ne nécessite pas ou peu d’entretien. Un bon sol argileux et calcaire lui suffira amplement. Elle se multiplie via ses tiges souterraines (stolons), ce qui fait de la menthe une plante presque envahissante. Mais ne nous plaignons pas, elle est tellement utile, comme nous allons le voir.

Pour récolter la menthe poivrée, il faudra le faire avant floraison afin de bénéficier de feuilles de bonne qualité thérapeutique. Il faudra la sécher à l’ombre dans une pièce chaude et peu humide.

Composition de la menthe poivrée : menthol (30 à 60%), menthone (15 à 30%), limonène (1 à 3%), enzymes, flavonoïdes, tanins etc.

Propriétés thérapeutiques :

4 Mentha piperitaGlobalement, la menthe poivrée s’illustre en trois catégories d’actions : elle sera utile pour la digestion, le système respiratoire et les infections.

Sur le plan digestif, la menthe poivrée offre une action antispasmodique et anti-inflammatoire. Elle s’utilisera contre les colites mais également  contre les spasmes digestifs et les dyspepsies.  Elle offre également une activité cholérétique et cholagogue tout en étant carminative.
Elle améliorera alors l’état de ceux sujets au côlon irritable, aux flatulences, aux diarrhées ainsi qu’aux nausées.

Au niveau du système respiratoire, la menthe poivrée aidera à calmer les rhumes et les sinusites. Elle pourra être d’une aide précieuse, mêlée à l’eucalyptus, lors des épisodes de bronchites et de rhinopharyngites.

La menthe poivrée a plus d’un tour dans son sac : elle offre une action anti-infectieuse (notamment contre le staphylocoque doré), mais aussi antivirale. De plus, son action antifongique permettra, en synergie avec d’autres huiles essentielles (telles que le Tea tree, ou la Lavande fine), de traiter les problèmes dermatologiques (mycoses etc.) ainsi que d’autres infections liées aux champignons (les candidoses, par exemple).

Enfin, la menthe poivrée est également un antalgique intéressant : l’effet froid de l’huile essentielle anesthésie localement. Elle apaise notamment les piqûres d’insectes, les céphalées, les démangeaisons, les douleurs musculaires ainsi que les coups de soleil. Il est important de rappeler que l’huile essentielle de menthe poivrée ne doit être utilisée que localement, jamais en bain ni sur une large surface (risque de choc thermique).
La menthe poivrée offre également une action tonique.

D’un point de vue émotionnel, l’huile essentielle de menthe poivrée pourra aider quiconque souhaite améliorer son discours, mais aussi ceux qui souhaitent clarifier leur mental et se recentrer. Elle apaisera également le feu de la colère.

Remarques et précautions :

Si vous n’êtes pas familier de l’aromathérapie, préférez la menthe poivrée en vrac et non son huile essentielle. S’il est pour vous difficile de trouver dans le commerce de la menthe poivrée séchée, vous pouvez toujours vous reporter sur la menthe verte (Mentha spicata / viridis) qui s’emploie selon les mêmes indications pour ce qui est des troubles digestifs.

L’huile essentielle de menthe poivrée est à manier avec précautions, elle ne doit pas être utilisée chez les jeunes enfants (jamais en dessous de 7 ans). Aussi, n’utilisez pas la menthe poivrée si vous êtes enceinte ou allaitez.
Les sujets ayant des problèmes hépatiques ou ayant des soucis au niveau de la vésicule biliaire (lithiase et inflammation) ne doivent pas utiliser cette huile essentielle.

Si vous souhaitez utiliser l’huile essentielle de menthe poivrée en inhalation, évitez de respirer les vapeurs les yeux ouverts, et veillez à l’accompagner d’autres huiles essentielles aux propriétés pectorales. Évitez de la diffuser dans un brumisateur, elle pourrait irriter vos yeux.

Par voie orale, diluez l’huile essentielle et ne dépassez pas un dosage à 2%. Néanmoins, consultez un spécialiste qui vous définira un dosage personnalisé.

Par voie cutanée, ne dépassez pas les 10 à 15% d’huile essentielle. De même que pour les migraines, il sera préférable de diluer à ce dosage, dans une huile végétale.
Évitez de renifler directement l’huile essentielle, et préférez une application diluée près du nez (pas plus de 2%).

Une plante aux vertus multiples, la menthe poivrée s’illustre parfaitement tant par son huile essentielle que par la plante brute. Utilisée depuis l’Antiquité, les Hommes ont su percevoir en elle les bienfaits qu’elle apporte généreusement. Très anciennes mais toujours fraîches, les menthes font encore l’objet d’utilisations diverses et variées. De la cuisine à la thérapeutique (il n’y a qu’un pas) en passant par les usages quotidiens, la menthe est une plante à toujours avoir dans son placard !

L’Apothicaire.

5 Mentha piperita

Sources :
– Jean Valnet, L’aromathérapie, se soigner par les huiles essentielles.
– Fabienne Millet, Le guide marabout des huiles essentielles.
– P.-V. Fournier, Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France.
– D. Frawley, V. Lad, La divinité des plantes.
– Pline l’Ancien, Histoire naturelle (Livre XX).

Publicités
Cet article, publié dans Herbier, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s