Tutoriel du savon liquide à la potasse

sap0

Aujourd’hui Chez l’Apothicaire, je vous propose un petit atelier pratique où rigueur et précision sont de mise. A travers un pas à pas richement illustré, je vous montrerai comment fabriquer un savon liquide, étape par étape. Je vous en avais brièvement parlé ici, lorsque je l’utilisais comme base d’un soin nettoyant pour Homme.

Bien souvent, lorsqu’on cherche des informations sur la fabrication du savon, on tombe sur la saponification à froid.
Qu’est-ce que c’est ? C’est l’art de fabriquer du savon dur (les fameuses savonnettes) en mélangeant une lessive de soude aux huiles végétales. C’est une pratique très intéressante, mais pour ma part, je n’utiliserai pas de soude, ni ne ferai de savon dur ici, mais un article est prévu. ^^

Je disais qu’il fallait pour cet atelier, rigueur et précision. En effet, nous allons manipuler de l’hydroxyde de potassium (KOH) : de la potasse. Cet ingrédient, indispensable à la saponification (action de transformer de la matière grasse en savon), est caustique. Il faut alors être vigilent quant à sa manipulation.

De ce fait, vous allez tout d’abord vous vêtir en fonction de ce paramètre : portez des SAPvêtements épais et larges, que vous ne mettez plus d’ordinaire. Armez-vous de gants ainsi que d’une paire de lunettes larges. Cet attirail vous protégera contre d’éventuelles éclaboussures lors de la mise en œuvre.

Avant de commencer, nous allons voir tout ce dont on a besoin, en termes de matériel, puis nous verrons quels ingrédients il nous faudra pour fabriquer le savon :

  • Balance de précision (au 0.1g près est mieux)
  • Verre pyrex
  • Large récipient inox
  • Casserole large
  • Mixeur plongeur
  • Spatule
  • Cuillère en inox
  • Thermomètre culinaire
  • Eau vinaigrée diluée à 50%
  • Masque ou foulard propre à placer sur votre nez et votre bouche.

Quelques précisions sur ce matériel :
Le verre pyrex est important pour la dilution de la potasse. Celle-ci va chauffer toute seule au contact de l’eau (réaction exothermique) et il est nécessaire d’avoir un contenant qui résiste à la chaleur. J’ai opté pour le pyrex, plus sûr d’utilisation.
La casserole large servira à réaliser un bain-marie qui permettra de réaliser le savon. Préférez un saladier inox qui puisse se placer parfaitement sur votre casserole sans laisser d’espace entre les deux.
Le thermomètre culinaire vous permettra d’évaluer la température de la lessive de potasse mais aussi la température du savon en cuisson. Cela pourra vous permettre de mieux gérer votre cuisson.

Le vinaigre dilué est là par précaution. La potasse ayant un Ph très basique et étant caustique, il est intéressant d’avoir une solution très acide vous permettant de neutraliser la potasse en cas d’éclaboussures sur votre peau. Il suffit alors, en cas d’accident, d’appliquer abondamment ce vinaigre.
Enfin, le masque servira à ne pas inhaler les vapeurs qui pourraient se former lors de la dilution de la potasse dans l’eau. A ce titre, veillez à aérer la pièce dans laquelle vous vous trouvez lors de la réalisation du savon.

Maintenant que nous avons éclairci les points concernant le matériel, passons désormais à la recette proprement dite. Je vous mets les huiles végétales que j’ai utilisé, mais vous pouvez tout à fait personnaliser votre savon en utilisant les huiles et beurres que vous souhaitez, je préciserai :

Pour un surgraissage à 3% :

  • Huile d’olive bio : 300g
  • Huile de coco (Coprah): 200g
  • Eau
  • KOH (potassium)

calclyePourquoi je tais volontairement les quantités d’eau et de potassium ? Tout simplement parce que le dosage de potassium dilué dans un dosage d’huiles n’est jamais fixe. Pour le connaître, il faut le calculer. Je vous invite sur cette page : cliquez ici.
Là-dessus, entrez tous les champs demandés et il vous calcule le dosage de potassium à diluer dans un dosage d’eau précis. Un peu plus bas, je vous détaille comment remplir les champs demandés.

La plupart des savonniers sur le net tairont ces dosages, pour inciter les personnes souhaitant refaire la recette à calculer eux-mêmes. En effet, si vous n’utilisez pas les mêmes huiles ou les mêmes quantités, vous risquez de vous retrouver avec un savon caustique… il vaut mieux donc éviter cela et recalculer.

L’eau et la potasse forment ce que l’on nomme : la lessive (lye, en anglais).

Juste au dessus des ingrédients je parle du surgraissage : Kézako ?
Le surgraissage s’obtient en mettant moins de potasse qu’il n’y a de saponifiables (les molécules dans les huiles, qui se transformeront en savon). De ce fait, il restera un peu d’huile, dans le savon, qui n’aura pas été saponifiée. Ce qui veut dire que toute la potasse sera utilisée dans la saponification, et il n’y aura aucun risque que le savon soit caustique.

Focus sur le calculateur :

Dans la catégorie : « What type of soap are you making ? », cochez « Liquid ».
Dans la catégorie : « Are you measuring in grams, oz (or just percentage) of oils ? », cochez « grams » si vous mesurez votre recette en grammes.
Dans la catégorie : « Oils », choisissez vos proportions d’huiles en tapant la quantité à côté de chaque nom d’huile concernée.

Enfin, en bas du site, choisissez le surgraissage voulu. Personnellement, j’ai opté pour un surgraissage à 3%. Ce qui, au final, me donnera un surgraissage à 13% étant donné que ma potasse est pure à 90% et non 100%. C’est un peu trop surgras, mais pas bien grave.

Puis, cliquez sur « Calculate ». Une nouvelle page s’affiche. En gras, sous vos quantités d’huiles, sont indiquées les quantités de potasse et d’eau de dilution.
Voilà ! Vous avez votre recette !

Je vous conseille d’utiliser en parallèle une autre calculatrice de saponification, histoire de comparer les résultats car tous les sites de calculateurs ne basent pas leurs calculs sur les mêmes données. Vous pouvez par exemple vous reporter sur le site SoapCalc, mais il y en a d’autres.

Modus operandi : 

Après toutes ces informations, nous pouvons passer à la réalisation du savon.huilesbm
Tout d’abord, nous allons pesez nos huiles dans le saladier. Il sera nécessaire de le placer ensuite au bain-marie pour faire fondre le Coprah (1), qui est solide à température ambiante.
Puis, nous allons peser notre eau qui servira à dissoudre la potasse. Pesons également la potasse.
Là, il est important d’être rigoureux : versez petit à petit la potasse dans l’eau et mélangez entre chaque ajout. Ne mettez jamais l’eau sur la potasse, ni la potasse d’un coup ! Autrement, vous risquez d’obtenir un effet volcan, éclaboussures comprises !
Le mélange monte en chaleur : c’est normal, rappelez-vous la réaction exothermique, il y a même quelques crépitements dans l’eau. Assurez-vous que toute la potasse soit bien diluée. (2)

Une fois fait, il sera temps d’utiliser la lessive. Armez-vous de votre mixeur plongeant éteint que vous avez placé dans les huiles. Versez délicatement la lessive de potasse entièrement. Le mélange commence à blanchir. Commencez à mixer doucement la préparation (3): ne levez jamais votre mixeur avant qu’il soit éteint, pour éviter toute éclaboussure.

Votre mélange blanchi franchement et il commence à s’épaissir (4): c’est bon signe. La réaction chimique de saponification commence. Continuez à mixez 10 secondes par 10 secondes, pour éviter de griller le moteur de votre mixeur. Le mélange va de plus en plus s’épaissir.

Comme on le voit sur, la photo numérotée 4, on obtient une « trace » bien franche : on dirait presque une crème anglaise. ^^ On continue alors de mixer jusqu’à ce qu’on se rende compte que le mélange devient trop épais pour que le mixeur puisse mixer quoi que ce soit, comme sur la photo numérotée 5. On continue alors le labeur à la main, avec une spatule. Puis on laisse cuire en baissant le feu.

sap1A partir de ce moment, il faudra continuer à mélanger régulièrement (mais pas en continu) le mélange jusqu’à ce qu’il devienne translucide, un peu comme de la vaseline. Voyez sur les photos 6, 7 et 8, la texture du savon évolue. Il va d’une texture gélifiée mais toujours bien opaque vers une texture plus translucide. Sur la photo 8, on a la texture vaseline. Continuez encore quelques instants la cuisson. Et normalement, le savon est prêt !

La cuisson du savon varie en fonction du dosage de potasse, mais aussi en fonction des huiles employées. Certaines cuissons peuvent durer des heures, d’autres sont plus courtes.
Pour ma part, j’ai obtenu le stade vaseline assez rapidement.

Pour vous assurer que votre savon n’est plus caustique (que la potasse a entièrement été utilisée), vous pouvez utiliser un papier Ph pour le vérifier. Ou alors, mettre un tout petit peu de savon sur votre langue : si vous avez la même impression que lorsqu’on y place une pile électrique, il faut continuer la cuisson, car la potasse ainsi que les huiles n’ont pas été entièrement transformées. Autrement, c’est tout bon !

Pour vous assurer que le savon est bien un savon (après le test Ph), prenez une petite noix de savon mou et diluez-là avec son poids en eau. Une fois diluée, lavez-vous les mains avec : si ça mousse, votre savon est top !
Petite précision, toutes les huiles et beurres végétaux ne donneront pas une très belle mousse. Ici, l’huile de coco (Coprah) apporte une belle mousse. Mais, lors de votre achat, veillez à vérifier que votre Coprah ne soit pas adjoint d’un ingrédient anti-mousse, comme c’est parfois le cas. J’ai personnellement acheté de la Végétaline©, 100% Coprah.

La dilution et les ajouts.

Une fois que vous avez votre pâte à savon (mou), vous pouvez la diluer. Certains préfèrent attendre une période de cure (de quelques jours, voire plus d’une semaine), afin de bonifier le savon et améliorer sa dilution. Ce que je vous conseille vivement.
Vous pouvez également utiliser ce savon tel quel comme le célèbre savon noir : cette utilisation servira notamment à parfaire un gommage corporel (vous pouvez y adjoindre des graines de pavot, par exemple).

Concernant la dilution à proprement parler, c’est délicat. En effet, il faut pouvoir doser l’eau de façon à obtenir une belle consistance gélifiée pour une utilisation quotidienne pratique.
Ce que je vous conseille, c’est de diluer le savon à froid.
Vous prenez une quantité déterminée de savon mou dans un bocal et vous ajoutez 60 à 70% d’eau par rapport au poids de savon. Refermez le bocal.
Vous devrez laisser la dilution se faire toute seule, cela peut prendre plusieurs jours (peut-être une semaine). Si vous constatez que tout le savon n’est pas dilué, ajoutez un tout petit peu d’eau.

Alors bien sûr, il faut être patient ! Mais je préfère cette méthode.
J’ai essayé de diluer à chaud, mais le problème c’est que l’eau s’évapore et donc, n’est plus en quantité suffisante pour totalement diluer le savon. Il faut souvent en rajouter mais faire également attention à ne pas trop en mettre (juste assez pour compenser l’évaporation).
De plus, si la chaleur monte trop, il se peut que, s’il y a de la mousse, celle-ci cuise et forme des morceaux durs et inutilisables.
Bref, une méthode que je n’aime pas trop, vous l’aurez compris. ^^

Le savon liquide permet des ajouts intéressants.
En effet, il est possible d’ajouter diverses huiles végétales, huiles essentielles, , de gommes végétales, de teintures et macérâts ou encore de la glycérine.

Concernant les ajouts d’huiles végétales et de macérâts huileux, n’excédez pas 2% au risque de voire de l’huile surnager au-dessus du savon. N’oubliez pas que bien souvent, la potasse n’est pas pure à 100%.
La potasse que j’ai acheté est pure à 90%, ce qui fait 10% de matière qui n’est pas de la potasse. Ainsi, même si vous mettez 0% de surgraissage dans le calculateur, votre savon sera surgraissé à 10%. Vous voyez le topo ?

De même, n’ajoutez pas trop de glycérine, juste ce qu’il faut. Évitez l’ajout de teintures alcooliques pour éviter tout dessèchement de la peau.
Pour ce qui est des huiles essentielles, n’utilisez pas d’essences photosensibilisantes et n’excédez pas 2% (il est tout autant préférable de les diluer au préalable dans une huile végétale).

Voilà pour le tuto ! Comme je le disais, cela demande de la rigueur et de la précision, mais au final, ce n’est franchement pas compliqué à faire.
J’espère que cela vous aura donné envie de faire du savon liquide !
Petit info supplémentaire, si vous ne parvenez pas à trouver facilement de la potasse, allez sur ce site.

L’Apothicaire. 😉

sap5

Publicités
Cet article, publié dans Hygiène & Soins du corps, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Tutoriel du savon liquide à la potasse

  1. Nanette dit :

    Génial. Merci. Je n’avais pas encore essayé le savon mou : yapluka!!!! 😃. Doit on mettre un conservateur si on liquéfie avec l’eau ou ce n’est pas nécessaire? Merci encore pour ce tuto fort simple et bien expliqué.

  2. L'Apothicaire dit :

    Salut Nanette!
    Normalement, il n’est pas nécessaire d’ajouter un conservateur. Tout dépend de la quantité d’eau, je pense. S’il y a beaucoup trop d’eau pour une toute petite quantité de savon, je crois qu’il en faudra (mais à mon avis, on est rarement sur ces proportions).

    Donc, s’il y a une part non négligeable de savon mou, il ne sera pas nécessaire d’ajouter un conservateur.
    Attention tout de même à d’éventuels ajouts très sensibles (je pense aux laits, par exemple).

    Ravi que l’article t’ait plu. 🙂

    • Nanette dit :

      Oui. Vraiment ton tuto a l’air simple. Je ne suis pas une fan des tensio actifs donc j’ai un peu laissé tomber tout ce qui est liquide à cause de ça. Si je comprends bien, la potasse n’est pas en vente libre comme la soude en France? Je vais donc passer une petite commande dans pas très longtemps j’espère. Je pensais que quand il fallait rajouter de l’eau, le conservateur était obligatoire (il me semblait que colchique en mettait dans son savon liquide( ce qui me convient : moins il y en a dans un produit plus ça me convient 🙂
      Merci bien.

  3. L'Apothicaire dit :

    Le souci avec les tensioactifs qu’on peut acheter sur le net, c’est que le produit revient finalement bien cher, si on adjoint des actifs..
    La potasse est en vente libre en France, j’ai laissé supposer le contraire?

    Pour le conservateur, tu pourras tenter un essai pour voir s’il y a stabilité du savon.
    Normalement, il ne devrait pas y avoir de souci.

    😉

    • nanette dit :

      Et non oops, c’est moi qui avait compris de travers, à le lire à droite et à gauche. Je vais donc aller faire un tour du côté des magasins de bricolages, et dans le pire des cas : il y a internet… Yapluka…☺

  4. angie dit :

    Très bon article, ça donne vraiment envie de le faire.

  5. malik dit :

    tres bonne explication!!!

  6. silvy dit :

    Bonjour. Merci pour ce tuto qui m’a permis de faire mon premier savon noir. Je viens de le terminer et je vais le laisser reposer une semaine avant de faire un savon liquide. Il me paraît bien dur cependant, est-ce normal ? Pour l’ajout de glycérine, en quelle proportion et à quel moment la rajouter. est-ce au moment de la dillution ? Et pour l’acide citrique ? Merci.s

    • L'Apothicaire dit :

      Bonjour Silvy !
      Qu’appelez-vous dur? Est-il tout de même malléable ou pas du tout?

      Pour l’ajout de glycérine, vous pouvez le faire après avoir dilué le savon.
      Ou, réaliser un mélange eau de dilution et glycérine directement.

      Pourquoi de l’acide citrique?

      Bien à vous ! 😉

      • silvy dit :

        Bonjour,
        Merci pour votre réponse. En fait, le savon est quand même malléable. Il est devenu laiteux lorsque j’ai fait un essai avec un petit morceau que j’ai mis dans de l’eau. Ne serait-ce pas un manque de cuisson ? Pour l’ajout de glycérine, j’ai lu plusieurs choses, on préconise de 2 à 20 % d’ajout. Je ne sais pas trop quel pourcentage choisir. J’ai également lu qu’il fallait ajouter une dilution d’acide citrique pour faire baisser le PH. Le mien était à 10 (un peu élevé !). De plus, après dilution, il se déphase dans le contenant et n’est pas transparent mais nacré lorsque je secoue la bouteille pour le mélanger. Merci de m’éclairer avant mon deuxième essai. J’ai fait le tour de votre blog que je trouve très bien expliqué, une mine de conseils !!! Merci encore.
        Cordialement.
        Silvy

  7. malik dit :

    bonjour
    pour le savon noir
    c ‘est la meme methode mais sans ajout d’eau !!!

  8. L'Apothicaire dit :

    Alors, le miens aussi deviens laiteux et je pense effectivement que j’aurai du le laisser cuire plus longtemps.

    Concernant la glycérine, il ne faut pas excéder 10% au risque que le savon devienne desséchant.

    J’ai également constaté des bandes nacrées dans mon savon une fois dilué. Et je ne sais pas d’où cela vient. Peut-être un manque de cuisson… quoi qu’il en soit le savon reste efficace, il nettoie et n’est pas corrosif (donc la saponification s’est bien faite).

    Sachant qu’après cela j’ai fait des savons durs, je n’ai pas encore retenté l’expérience. Mais si je retente, je mettrai un addenda en fin d’article s’il y a du nouveau.

    Merci pour votre commentaire encourageant! 🙂

  9. Sebastien dit :

    Bonjour et une grand bravo pour ce super tuto.
    Est ce normal que ma pate, quand elle est au bain marie devienne dure ? du coup je l ai remixé avec de l eau chaude et remise à chauffer au bain marie. Est ce que je peux sauver la pate ou bien c’est mort?
    Cordialement

    • L'Apothicaire dit :

      Bonsoir Sébastien,
      Elle devient dure? C’est-à-dire? Normalement, elle devrait être assez malléable, comme sur les photos.
      Est-elle malléable et translucide?
      Cordialement.

  10. Sebastien dit :

    Bonjour, désolé mais je n’ai pas internet souvent alors….
    La pate est malléable mais n’est pas translucide comme dans le tuto. Elle est blanche laiteuse ( surement du aux beurres de ma recette ?). Mais si je prolonge la cuisson au bain marie, c’est là que la pate sèche et devient dure d’un bloc. Alors j’ai rajouté de l’eau et prolonger la cuisson.
    Est ce du à la quantité d’eau du début ? quand je mélange la Potasse à l’eau ? J’ai mis les même quantités que pour un savon à la soude. J’ai lu qu’il fallait 70% de liquide pour la potasse contre 38% pour la soude.
    J’ai testé un bout de pate sur la langue et ca ne pique pas. Ca a bien le gout d’un savon neutre.
    Du coup séchage d’une semaine et je commence la dilution ?
    Merci de votre temps.
    Cordialement

    • L'Apothicaire dit :

      Vous avez rajouté de l’eau à la pâte?
      Je pense en effet que la couleur que vous obtenez est due aux beurres que vous avez utilisé. Si votre recette est différente de la mienne, il est normal que nous n’ayons pas exactement la même chose.

      Pour ce qui est de la quantité d’eau, il est préférable de vous référer à la quantité que préconise le calculateur.
      Maintenant, si votre savon ne vous pique pas la langue, c’est qu’il n’est plus caustique.
      Vous pouvez effectivement commencer la dilution après ce temps de cure.

      Bien à vous. 😉

  11. Melanie dit :

    Bonjour,
    Merci pour toutes ces explications! Pour ma part je me heurte à un souci, lors de la phase de mixage la pâte à savon se dissocie en 2 phases : l’une blanchâtre et et floconneuse, l’autre transparente… Que faire??
    Merci!!

    • L'Apothicaire dit :

      Bonjour,

      Tout dépend des huiles que vous avez utilisé ainsi que du taux de surgraissage. Il se peut qu’il y ait une forte proportion d’insaponifiables dans votre recette. Ces insaponifiables (qui ne sont donc pas transformés en savon) sont peut-être à l’origine de cet aspect blanchâtre.

      En revanche, le déphasage est peut-être lié à un manque de cuisson, non?
      Essayez de cuire davantage et de bien mélanger en même temps.

      😉

  12. Kiki dit :

    Je suis extrêmement tentée par les savons à la potasse car je voudrais faire des savons liquides pour les mains ou le corps et cette recette me plait beaucoup.
    Petite question, est ce qu’il est possible de diluer le savon avec du lait d’avoine ou d’amande pour ajouter de la douceur ?
    Pour l’instant je n’en suis qu’ l’étape qui consiste à trouver un magasin qui vends du KOH et c’est ce qui semble le plus compliqué de la reçette !

    • L'Apothicaire dit :

      Bonjour !

      Il existe une boutique en ligne qui vend de la potasse, il me semble que vous trouverez le lien sur l’article. 😉

      Oui, vous pouvez diluer le savon avec un lait végétale, mais diluez un peu ce lait avec de l’eau pour améliorer la solubilité du savon.
      Bonnes expériences!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s