Fabrication du savon solide: l’Aventurine mise en scène

savanturine

Aujourd’hui Chez L’Apothicaire, un nouveau tutoriel. Dans la lignée du savon liquide, nous abordons aujourd’hui le savon solide.

Si vous avez envie de fabriquer votre propre savon ou êtes simplement curieux, installez-vous confortablement et suivez cet atelier. 😉

Pour fabriquer du savon solide, nous allons expérimenter la saponification à froid. Cette expression désigne le processus chimique qui consiste à associer des acides gras avec une solution alcaline (basique). Cette association aura pour conséquence la formation du savon.
Les acides gras se trouveront dans les matières grasses. La solution alcaline s’obtient en mélangeant de la soude et de l’eau. Tout cela, en quantité précisément définies.

Pour mieux comprendre la saponification, je vous invite à lire cette explication pratique fournie par Aroma-Zone (je ne fais aucune pub pour eux, hein, c’est juste un bon article).

Pour ce qui est des matières grasses, il est possible d’utiliser n’importe quel gras : animal, végétal, solide, liquide…

Je l’ai évoqué, nous utiliserons ici la soude (hydroxyde de sodium = NaOH). Il est très important de veiller à se protéger correctement. La soude est caustique et provoque de graves brûlures en cas de contact avec la peau, les yeux ou les muqueuses. Veuillez lire, ici, la partie qui concerne les précautions à prendre ainsi que le matériel approprié.

L’intérêt de la saponification à froid est d’obtenir un savon dur. Sa fabrication est ludique car elle permet d’exprimer sa créativité à l’infini à travers des motifs, des couleurs, des ingrédients spécifiques, des arômes etc. De plus, l’avantage de ces savons, contrairement aux savons industriels, c’est que rien n’est modifié dans sa composition.

Je m’explique : lorsqu’on fait du savon, on le surgraisse (pour plus d’infos, lire l’article d’Aroma-Zone, ils en parlent assez bien), ce qui permet alors de bénéficier d’huile végétale pure, au sein du savon. Mais la réaction chimique entre les gras et la soude permet aussi la formation de glycérine naturelle, un composant très hydratant et excellent pour la peau.
Lors de la fabrication industrielle, il n’y a bien souvent pas de surgraissage et la glycérine obtenue est retirée et donne généralement des savons desséchants…
De plus, la plupart des fabricants industriels ajoutent des composants de synthèse, souvent nocifs, tant pour l’environnement que pour l’Homme.

Ici, nous avons donc un savon avec tous ses bénéfices.

Pour illustrer le tutoriel, j’ai choisi de réaliser un savon un peu spécial : un savon lithothérapeutique.
J’ai choisi l’aventurine. Je souhaite faire de ce savon, le véhicule de l’énergie de l’aventurine. Ce savon permettra alors une utilisation pratique des bienfaits de la pierre sur tout le corps. Et pour être un peu original, le savon devrait ressembler à la pierre utilisée. Pour connaître les vertus de l’aventurine, vous pouvez aller lire ceci.

Voici alors la recette complète :

  • Huile d’olive (huile dynamisée d’aventurine) : 300g
  • Coprah : 150g
  • Eau et soude à recalculer (allez voir pour comprendre le fonctionnement).
  • Oxyde minéral vert (ou colorant vert)
  • Mica bronze
  • Huiles essentielles :
    Palmarosa
    Romarin à cinéole
  • Absolue de benjoin du Siam

Vous trouverez facilement ces ingrédients sur internet.

Calculez ce savon pour un surgraissage à 5%.
Puis, réservez de côté une quantité d’huile équivalente à 2% du poids des huiles. Cette part d’huile est un surgraissage additionnel qui sera ajouté plus tard. Au final, nous obtiendrons un savon surgraissé à 7% au total.

A propos des huiles, j’ai utilisé une huile dynamisée d’aventurine, dans de l’huile d’olive. Il s’agit de laisser macérer une aventurine dans une quantité d’huile, pendant plusieurs heures à la lumière du soleil. Vous trouverez un petit topo explicatif ici sur les élixirs.

Cette huile dynamisée représente la part des 300g d’huile ainsi que les 2% de surgraissage additionnel.

Pour la soude, il est nécessaire que vous la calculiez vous-même. Dans les entrées du site proposées, n’oubliez pas de préciser qu’il s’agit d’un savon solide et que vous mesurez en grammes. Ici pour savoir comment utiliser ce calculateur.

savantur1Modus operandi :

Après vous être lavés les mains et équipé de façon adéquate, vous commencerez par disposer sur une table vos ustensiles et peser tous les ingrédients nécessaires à la fabrication (sauf colorants, mica et huiles essentielles).

Au bain-marie, vous ferez fondre les deux huiles ensemble (1). Dans la même lancée, vous réaliserez la lessive de soude. Pour cela, versez la soude préalablement pesée (2), dans l’eau (pesée aussi) petit à petit. Remuez à l’aide d’une cuillère (pas de bois). Le mélange va monter haut en température, c’est tout à fait normal: la réaction est dite, exothermique. Le mélange peut monter à plus de 90°C ! Ne respirez pas les vapeurs.

Avant de verser la lessive de soude dans les huiles, vous veillerez à ce que les deux liquides aient atteint environ 40°C, à l’aide d’un thermomètre.
Une fois les deux liquides à plus ou moins équivalente température, vous verserez la lessive de soude dans le mélange huileux. Avec votre mixeur, mixez en prenant gare aux éclaboussures.
Mixez par à-coups, pour ne pas endommager le moteur de votre machine.
Vous arrêterez lorsque vous aurez atteint une trace épaisse (3).

Qu’est-ce qu’une trace épaisse? Il s’agit d’obtenir une texture épaisse, qui garde la marque de ce qui est entré en contact avec la pâte. Voyez sur la photo 3, la « trace » qu’à laissé le mixeur après l’avoir retiré. On aperçoit, à l’œil, que la texture est épaisse.

Cette trace est importante pour le savon que nous souhaitons réaliser. En effet, la technique employée ici nécessite une pâte à savon qui ne s’écoule pas toute seule. Cela me permettra de réaliser le motif sensé apporter au savon un effet « pierre ».

Donc, une fois la trace épaisse obtenue, vous y ajouterez ½ cuillère à café d’oxyde savantur4minéral vert (4) (ou un colorant vert qui convient aux savons). Il faudra mixer à nouveau pour disperser le colorant, l’homogénéiser. Et ce, de sorte d’avoir une belle couleur homogène. Vous pouvez mélanger au préalable ce colorant dans le surgraissage de 2%.

Dans vos 2% de surgraissage additionnel (huile dynamisée) (5), vous ajouterez vos huiles essentielles et votre absolue. Ces arômes ne sont pas obligatoires. Je les intègre car leurs propriétés énergétiques correspondent à ce qu’offre l’aventurine. Pour aller consulter les propriétés énergétiques du romarin et du palmarosa: ici et . J’ai simplement voulu légèrement parfumer le savon.
Je n’ai pas trop dosé pour que le mental se concentre davantage sur les effets de la pierre plutôt que sur les odeurs.
Mais au final, faites comme bon vous semble. Vous n’êtes même pas forcés d’utiliser ces essences. Vous pouvez choisir celles que vous souhaitez. Personnellement, j’ai préféré apporter une cohérence énergétique entre la pierre et les essences.

Dans tous les cas, ajoutez ces 2% de surgraissage additionnel à la pâte à savon et mixez à nouveau, avec ou sans arômes. Vous obtiendrez donc un savon surgraissé à 7%.

Façonnage du savon :

Là, c’est tout un art qu’il faut apprendre à maîtriser et que je maîtrise encore mal, mais j’en suis qu’à mes débuts. ^^

savantur6Tout d’abord, vous verserez une première couche de savon dans le fond de votre moule. Mettez-en une bonne épaisseur. Étalez bien la pâte à savon.
Puis, versez une autre couche de savon, mais uniquement sur une longueur du moule. Vous obtiendrez un dénivelé, comme ci-contre

Une fois la surface dénivelée de savon faite, il ne faut plus toucher au moule, au risque de défaire le dénivelé. D’où l’importance de la trace épaisse que j’évoquais tout à l’heure : une pâte épaisse reste mieux en place, ne s’écoule pas.
Désormais, prenez une fine passoire et mettez-y votre mica bronze. Le mica bronze est un élément minéral à l’aspect brillant.
Tapotez légèrement la passoire pour saupoudrer le mica sur le savon (6). La surface du savon doit être entièrement recouverte.

Une fois toute la surface recouverte, il ne reste plus qu’à verser le reste de la pâte, doucement à la spatule ou à la cuillère pour ne pas défaire la couche de mica.
Sur le dessus, il ne reste plus qu’à faire quelques petites formes avec votre spatule (7), ou bien de lisser la surface, à vous de voir !

Maintenant que votre savon est terminé, qu’est-ce qu’on fait ?

Une fois fait, on attend que le savon durcisse. Pour cela, laissez votre moule dans un endroit sûr, hors de portée d’animaux, d’enfants ou d’adultes imprudents.
Il faut savoir qu’à partir du moment où vous mêlez la soude à l’huile, la réaction de saponification commence. Mais, elle dure dans le temps. Ce n’est pas comme avec le savon à la potasse, à chaud. Une fois la cuisson terminée, rappelez-vous, le savon est prêt à être utilisé.

Ici, non. Il faut attendre que le savon cure pendant 4 à 6 semaines et ce, pour s’assurer que toute la soude soit utilisée dans la saponification et qu’il n’en reste plus aucune trace. Ainsi, vous serez certain d’utiliser un savon non caustique.

Phase de gel :

Qu’est-ce que c’est que ça, me direz-vous ? C’est une réaction chimique qui se produit lors de la saponification, quand le savon est entrain de durcir. Il se produit généralement lorsque le savon moulé monte en température (phénomène normal).
Cette phase de gel se traduit par un changement de la couleur du savon. La couleur fonce, le savon devient très légèrement translucide (d’où le gel) et parfois, la phase de gel n’est pas complète : elle est présente au centre du savon, mais pas sur ses côtés. Ce qui peut donner un savon à l’esthétisme parfois décevant.

Pour éviter cette phase de gel, qui n’est pas indispensable à la saponification, il suffit de mettre votre savon moulé au frigo ou dans une pièce froide. L’important est de ne pas isoler le moule (par une serviette ou autre), certains le font. Mais cela entraine inévitablement une montée de la température, et donc, une apparition de la phase de gel.

Donc, vous avez laissé de côté votre savon pour qu’il durcisse. Il faut savoir qu’il met entre 24 et 48h pour qu’il durcisse complètement. Le temps varie en fonction des huiles employées, de la température et de l’humidité de la pièce.
Après ces quelques heures, vous pourrez couper votre savon en barre et admirer votre œuvre !
Pour le couper, préférez un fin fil de fer, afin de ne pas faire « baver » la ligne de mica sur la surface de savon. N’attendez pas trop longtemps avant de le couper, au risque qu’il devienne trop dur à couper.

Attention tout de même, ce n’est pas parce qu’il est dur que votre savon est prêt à être utilisé ! Rappelez-vous, soyez patients et attendez entre 4 et 6 semaines..

Vous obtenez donc un savon qui ressemble un peu à l’aventurine. J’ai réalisé cette ligne de mica pour lui donner un côté pierre, car on peut voir ça sur de nombreuses pierres : une ligne de roche qui n’a pas été cristallisée.

Voilà pour le tutoriel : au final, ce n’est pas très compliqué à faire. Il suffit d’être méthodique et créatif. Vous pouvez réaliser toute sorte de motifs et utiliser les ingrédients que vous souhaitez ! J’ai tamponné le savon du nom L’APOTHICAIRE et j’y ai mis du mica or, histoire d’apporter un petit plus bien joli. Sur les photos, on ne le voit pas bien, c’est dommage.
Pour ce qui est de la couleur, j’aurai aimé obtenir un vert plus foncé, mais je n’y suis pas parvenu. Sans doute que l’oxyde utilisé ne permet pas d’obtenir des verts « sapin »…
Au fil des utilisations, cette « pierre en savon » se polira naturellement sous vos mains, vous donnant l’impression d’avoir un de ces superbes cabochons en pierre fine que l’on trouve parfois!

Autre chose, au vu du nombre de savon que vous pouvez faire en une seule fois, c’est assez économique !

Pour terminer, je vous invite à visionner cette belle vidéo réalisée par une savonnière (américaine, me semble t-il) et qui explique sans doute mieux que moi comment réaliser la ligne de mica. Je me suis d’ailleurs inspiré de sa technique pour réaliser mon savon, bien qu’elle ne fasse pas le même dénivelé que moi. La technique reste identique. Si vous ne comprenez pas l’anglais, ce n’est pas grave, la technique s’apprend aussi avec les yeux. 😉

Allez, sur ce je vous laisse et bon atelier !

L’Apothicaire.

savanturine2

Publicités
Cet article, publié dans Hygiène & Soins du corps, Lithothérapie, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Fabrication du savon solide: l’Aventurine mise en scène

  1. Kristel dit :

    bonjour,
    je trouve ton site l’Apothicaire et ta page Facebook super intéressants et esthétiquement parlant j’aime. Les sujets de ton site sont bien structurés, variés et clairs avec une petite touche d’humour. Au cours des diverses lectures sur ton site, je crois que avoir lu que tu es en train de te former en naturopathie. Je cherche à me reconvertir professionnellement. J’aime les plantes, les fleurs, la relation avec la nature et surtout être à l’écoute de son propre corps. L’aromathérapie j’y suis moins fan. Peux-tu me dire quel est ton parcours ? Et si tu t’es formé quelles sont tes références et recommandations ?
    Merci beaucoup pour ton retour

    Nota : si tu préfères me répondre par mail, c’est aussi le bienvenu
    Amicalement,

  2. malik dit :

    bonjour vs allez bien
    pour des conseils ; je reviens a vous
    alors pour le savon soufré il faut ajoutr les 5% avant la trace ou bien apres
    aussi pour le savon a l’huile de cade il faut ajouter avant ou apres
    salutations

    • L'Apothicaire dit :

      Bonjour Malik,

      Tout d’abord, votre soufre se présente sous quelle forme? En poudre jaune?
      Ou est-ce du MSM (méthylsulfonylméthane) ?

      Concernant l’huile de cade, je vous conseille d’attendre la trace. Puis, une fois la trace atteinte, de prélever une petite quantité de savon dans un récipient. D’y ajouter votre huile de cade et de bien mélanger pour homogénéiser.
      Une fois fait, vous pourrez ajouter cette petite quantité de savon au reste du savon et de bien mélanger à nouveau pour répartir de manière homogène le surgraissage.

      😉

  3. malik dit :

    bonjour
    oui c’est une poudre jaune!!!

    • L'Apothicaire dit :

      Dans ce cas, faites comme avec l’huile de cade. Prélevez une petit quantité de savon et ajoutez-y le soufre en poudre. Mélangez pour bien la répartir, ensuite, versez cette quantité dans le reste de votre savon. 😉

  4. malik dit :

    merciiiii

  5. Ping : Tpesibille | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s