L’argile, l’inestimable don de la Nature

Argi1

Bonjour chers lecteurs !
Aujourd’hui Chez l’Apothicaire, nous abordons l’argile, son histoire, sa nature et ses bienfaits pour l’Homme. Plutôt que de parler d’une argile, il serait bon de parler des argiles.
En effet, comme nous allons le voir, la Nature n’a pas été avare la concernant.
Mais tout d’abord, observons un rapide aspect historique.

L’argile,  aux prémices des civilisations ?

D’un consensus universitaire, nous accordons la naissance des civilisations (id est Etat structuré autour d’un pôle « urbain » représentant et tenant du pouvoir) au IVe millénaire avant notre ère (entre 3000 et 3500 av JC). C’est l’invention de l’écriture qui permet à l’Homme d’entrer dans l’Histoire.
Cependant, les Hommes ont développé de nombreuses techniques et organisé des sociétés qui nous poussent à penser que l’aube des civilisations est un peu plus ancienne.

Argi2Quel rapport avec l’argile ? J’y viens. 😉
L’argile est « découverte » au Néolithique, période faste de la Préhistoire où les Hommes innovent, notamment dans la taille de la pierre (Néolithique = nouvelle pierre).
De nouvelles techniques apparaissent et l’argile aura une conséquence importante. En effet, travaillée et cuite, l’argile permettra aux hommes de manger des aliments chaud et de qualité, car protégés d’un feu direct grâce aux fabrications de bols. De plus, la confection de récipients permettra le transport et la conservation des denrées, autrement dit : un stockage. Cela est une véritable avancée pour l’Homme.

Mais l’argile à d’autres atouts, elle permettra par exemple l’écriture de textes législatifs et religieux lorsque l’écriture s’organisera (± 4000 av JC), comme l’attestent les nombreuses tablettes d’argiles de la civilisation mésopotamienne.

Les nouvelles techniques se perfectionnent millénaire après millénaire et on voit apparaître de nouvelles « céramiques » (comprenez : terre cuite) de plus en plus sophistiquées.
Nous pouvons citer les fameux vases et amphores grecs mais aussi la sublime porcelaine chinoise.
Les civilisations, toutes époques confondues, rivaliseront de beauté concernant le travail de l’argile.

Les Hommes ont également constaté qu’au-delà de l’utilité physique de l’argile, il y a une utilité curative. Cette constatation ne s’est pas faite totalement par hasard. Certains pensent que c’est en observant des animaux utiliser l’argile que l’Homme s’est mis à le faire. En effet certaines espèces de primates consomment l’argile tout comme certains oiseaux, les éléphants s’en enduisent tout comme les équidés etc.

Et, que ce soit dans la médecine traditionnelle chinoise, l’Ayurvéda ou les médecines du Bassin Méditerranéen (Antiquité et Moyen-âge), l’argile est principalement utilisée pour son pouvoir absorbant, mais également comme palliatif contre la famine. L’argile était également utilisée comme cicatrisant et comme antipoison. Par empirisme, les Hommes ont observé que l’argile contenait des éléments intéressants pour le corps, en témoigne encore de nos jours des régions touchées par la famine où les populations se nourrissent de galettes d’argile (on parle alors de géophagie).

Nous pouvons également évoquer l’aspect culturel et cultuel de l’argile. En effet, l’argile a toujours été utilisée pour marquer temporairement les corps. Ce rapport à l’Homme se retrouve dans les religions du Livre. Nous pouvons trouver dans la Genèse 2-7 qu’il est écrit que « L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant. »
Argi3
Dans le Coran, il est relaté que Dieu s’adresse aux anges ainsi :
« Quand ton Seigneur dit aux anges : « Je vais créer d’argile un être humain. Quand Je l’aurai bien formé et lui aurai insufflé de Mon Esprit, jetez-vous devant lui, prosternés. » »

Ces éléments religieux marqueront pour très longtemps les Hommes (d’Europe et du pourtour du Bassin Méditerranéen surtout) et le rapport qu’ils ont à la Terre. Venue de son giron, cette argile originelle incline au respect le plus profond car anoblie par le Divin.

Aujourd’hui encore, nous utilisons des matières issues d’argiles : porcelaine, céramique, grès ou tout simplement terre cuite. Que ce soit comme ustensiles de cuisine, comme prothèses chirurgicales ou encore comme isolants de composants high-tech en passant par le papier, l’argile est présente sous une forme ou une autre.

Mais ce qui nous intéresse ici, c’est son application thérapeutique, patience, nous allons y venir.
Tout d’abord, définissons ce qu’est l’argile et quels sont les différents types d’argiles.

Une érosion bénéfique :

Il faut savoir que l’argile est issue d’une érosion naturelle, effectuée pendant des milliers d’années (à l’échelle des temps géologiques, donc).
Remontons le temps et observons que les reliefs qui forment notre surface sont composés de différentes roches, pour certaines magmatiques (issues directement du magma) pour d’autres, métamorphiques (seconde cristallisation de sédiments ou de roches magmatiques).
Pour ce qui nous intéresse, c’est une roche magmatique : le granite.
Il subira une longue érosion tant chimique par l’eau que mécanique par le vent (on parle alors d’érosion éolienne).
Cette érosion émiettera donc le granite, qui sera emporté par l’écoulement des eaux, dans les océans de jadis.
Ces fines particules formées en feuillets vont alors se sédimenter (on parle d’alluvions) dans le fond des océans, créant ainsi des couches de plus d’une dizaine de mètres de profondeur !
Après retrait des océans, il ne reste qu’une couche sédimentaire: l’argile.

Selon le trajet des très fines particules, il n’y aura pas une argile, mais des argiles :
Certains écoulements permettront à l’argile de fortement se charger en fer : ce qui donnera une argile rouge.
D’autres rencontreront des matières organiques (végétales) en décomposition : ce qui donne une argile grise. Etc.

Pour mieux visualiser le processus, voici un petit schéma synthétique:

SCHEMA formation argile

Pour ce qui est de l’argile blanche (kaolinite), il s’agit là aussi d’une érosion du granit par l’eau sans action éolienne. Sauf que là, les fines particules n’ont pas été entrainées par l’eau vers les océans. L’argile blanche est donc la plus pure, mais moins chargée en minéraux et métaux comparativement aux autres.

Faisons-donc une brève typologie de l’argile :
Nous nous contenterons d’en détailler 3 : la montmorillonite, la kaolinite et le ghassoul.
La kaolinite fait partie de la famille des kaolins (un groupe d’argiles), la montmorillonite fait partie des smectites tout comme le ghassoul.

Les argiles sont toutes des silicates d’alumine hydratés. En fonction du type d’argiles, la composition exacte diffèrera dans ses proportions, mais globalement, les argiles contiennent entre autre de l’aluminium, du fer, de la silice, du potassium, du magnésium, du cuivre, du calcium etc.

Aspects thérapeutiques des argiles :

Pour ce qui est des propriétés générales des argiles citées ici, nous pouvons affirmer qu’elles permettent d’éliminer l’excès de sébum sur la peau et les cheveux. Elles sont également intéressantes, grâce à leur richesse minérale, pour reminéraliser le corps, par voie interne ou externe (nous y reviendrons) en cure de quelques jours. Elles ont la particularité d’être absorbante et adsorbante. Le premier terme désigne la propriété de capter l’eau au cœur de l’argile. Le second désigne la propriété de capter l’eau à la surface des molécules d’argiles.
Ces particularités font des argiles, des agents intéressants contre les gaz intestinaux (ballonnements, météorismes etc.) mais aussi contre les bactéries pathogènes s’épanouissant dans la flore intestinale. La nature des argiles leur confère la capacité de créer un pansement gastrique, lorsque prises par voie orale : cela permet par exemple de traiter les ulcères mais aussi les diarrhées (pour ces dernières, c’est grâce à ce couvrement ainsi qu’à l’action contre les bactéries pathogènes).

Ajoutons que les argiles permettent également une action cicatrisante sur les plaies superficielles, une action anti-œdémateuse et anti-inflammatoire. Enfin, en plus d’être adoucissantes cutanées, les argiles permettent une action purifiante contre les toxines.
Passons à leurs propriétés respectives.

Argi4Montmorillonite verte :
Cette argile est riche en magnésium, en silice ainsi qu’en alumine. Elle aide alors fortement à reminéraliser le corps. Il est tout à fait possible de réaliser une eau d’argile, dont j’expliquerai plus bas la réalisation.
La montmorillonite permet de détoxifier l’organisme. Elle est également intéressante contre l’excès de sébum des peaux grasses et convient très bien aux peaux mixtes. Elle resserre les tissus par son action astringente.

Elle aide en outre à soulager les douleurs articulaires et rhumatoïdes (arthrite, polyarthrite etc.), en cataplasme.
Elle permet une action intéressante contre les mycoses et les dermatites et contribue à cicatriser les plaies superficielles.

Kaolinite :
Cette argile est très pure, et est riche en alumine et en silice.
Sa pureté la rend très adaptée aux peaux fragiles et réactives. Elle contribue à détoxifier la peau en douceur (mais son action est moins forte que la montmorillonite).

Intégrée à un dentifrice, elle sera intéressante pour son action abrasive douce, reminéralisante modérée. Elle respectera donc l’émail et les gencives.

Contre les problèmes digestifs, elle sera salvatrice : elle aidera à soigner les ballonnements ainsi que les intoxications alimentaires. Prise en eau, elle aidera à stopper les diarrhées.
Elle génère un pansement gastrique, permettant une protection des parois digestives.
Enfin, la kaolinite sera anti-inflammatoire, hémostatique mais aussi cicatrisante et agira comme antibactérien.

Ghassoul :
Le ghassoul se trouve sur la zone marocaine de l’Atlas. C’est une argile saponifère, ce qui signifie qu’elle détient un pouvoir détergent. Autrement dit, elle nettoie très bien. Mais contrairement aux tensioactifs, elle ne nettoie pas comme le savon, mais par absorption. Elle s’avère être un kératolytique doux (élimination des peaux mortes).
Elle sera alors très efficace pour purifier les peaux des toxines, des polluants en tout genre ainsi que de l’excès de sébum. Par là même, elle permettra de traiter les problèmes d’acnés et de points noirs.

Elle convient très bien aux peaux sensibles : en effet, sa faible teneur en alumine et en oxyde de calcium la rend très douce. D’ailleurs, son toucher est particulièrement soyeux.

Le ghassoul sera intéressant dans les soins capillaires, en masque notamment, où elle va débarrasser les cheveux de leurs impuretés. Cette argile est également astringente.

Quelques précautions avant d’utiliser les argiles :

Il ne faut pas utiliser de métal quelconque lors de la manipulation de l’argile. Ne réutilisez pas une argile qui a déjà servi, car elle contient pas mal de toxines et d’impuretés.
Veillez à vous fournir chez un détaillant de confiance, pour obtenir une argile de bonne qualité et pure. Les poudres d’argiles devront être préservées de l’humidité.

Argi5Les personnes sujettes à la constipation ne doivent sous aucun prétexte prendre l’argile par voie orale. Dans le meilleur des cas, elles prolongeront lerur constipation, dans le pire des cas, elles provoqueront une occlusion intestinale, pouvant être fatale !
De même qu’il est vivement conseillé de ne pas manger trop de gras pendant une cure d’argile.
Evitez également l’application cutanée et l’ingestion d’argile tout juste après le repas.

 N’apposez pas de cataplasme d’argile sur le foie ou sur le cœur.

Il est déconseillé aux femmes enceintes de prendre l’argile par voie orale, de mêmes qu’aux hypertendus et aux personnes atteintes d’une hernie. Du fait de son très fort pouvoir absorbant et/ou adsorbant, il est proscrit de prendre de l’argile par voie orale en même temps qu’un traitement médicamenteux. L’argile pourrait annuler les effets du traitement. Il ne faut pas non plus utiliser d’argile en interne si vous êtes sous pilule contraceptive.

Alors je sais que ces contre-indications ont l’air lourd, mais ces cas sont plutôt rares, dans l’ensemble. Donc pas de panique ! Il suffit d’être attentif à ces quelques règles, et tout se passe bien. 😉
Désormais que nous sommes au fait de ces précautions, abordons la partie plus technique.

Préparations de l’argile :

Nous l’avons évoqué plus haut, l’argile peut s’utiliser en eau mais aussi en pâte.
Pour réaliser l’eau d’argile, il ne faut pas se tromper.
Certains préconisent de boire l’eau avec l’argile dans sa totalité. Personnellement, je ne conseille pas ce genre de pratique, surtout si on n’est pas habitué à le faire.

L’eau d’argile est en réalité un mélange d’argile et d’eau. L’argile aura été en partie solubilisée dans l’eau après mélange. Cependant, il faudra attendre un laps de temps avant de la consommer. En effet, on patientera quelques heures pour laisser l’argile se sédimenter dans le fond du verre.
Ce qui surnage est une eau légèrement chargée, mais tout à fait efficace pour les maux que nous avons cité.

Pour réaliser une eau d’argile vous mêlerez 1% d’argile à une quantité d’eau prédéfinie.
Par exemple, pour un verre contenant 200ml d’eau, vous ajouterez 2gr d’argile.
Voici en photo les étapes de sédimentations.

Argi6

Sur la première photo, l’argile a été mélangée à l’eau. Celle-ci est laiteuse. Pour l’instant, il ne convient pas de la boire. Sur la deuxième photo (qui correspond à une attente d’une demi-heure après le mélange), l’eau devient plus claire mais reste opaque.

A ce stade, il est possible de boire l’eau en prenant gare à ne pas boire l’argile du fond.

Ce que je conseille, c’est de boire l’eau telle qu’on l’observe sur la troisième photo : l’eau est très légèrement opaque, signe que l’argile est présente en « colloïdes » c’est-à-dire en très petites particules. Elle s’obtient en la laissant reposer plusieurs heures (une nuit, par exemple). C’est la manière la plus sûre de boire l’argile, si on craint de se constiper ou de se provoquer une occlusion intestinale. Pour les cures minéralisantes, cette eau est adaptée (mais référez-vous tout de même aux précautions d’usages cités).

Au-delà de la prise orale, l’argile est surtout utilisée per cutanée. En effet, nombreuses sont les recettes de masques, de cataplasmes en tout genre, intégrants les argiles de toute sortes.
Pour réaliser une pâte d’argile, rien de plus simple : prélevez la quantité d’argile que vous souhaitez et ajoutez petit à petit, de l’eau tiède. Mélangez bien entre chaque ajout pour voir si la texture vous satisfait. Une bonne texture correspond à une pâte qui se tient, sans être trop dure et grumeleuse.

Il est tout à fait possible d’ajouter des actifs à votre pâte d’argile. Ces actifs peuvent être des huiles essentielles, des teintures-mères mais également des poudres de plantes, des infusions ou des hydrolats, ou encore des macérats huileux ou des huiles végétales pures. Il ne tient qu’à vous de choisir ce dont vous avez besoin.

Notez que sur le blog, j’ai présenté deux recettes contenant de l’argile, l’une est blanche et intégrée dans un dentifrice, l’autre est verte et s’utilise en masque facial.

Pour terminer :

L’article était long, merci à ceux qui ont tenu jusqu’au bout ! ^^
Mais il était nécessaire d’aborder tous ces points concernant l’argile. On trouve de tout et n’importe quoi sur internet, et très souvent les informations sont parcellaires et lacunaires. J’ai voulu condenser en un article les informations les plus pertinentes concernant les argiles.
Utilisées depuis le début des temps, les argiles ont trouvé leur place dans la vie des Hommes. Véritable dons de la Nature et abondantes, elles s’utilisent de manières très diverses comme nous avons pu le voir, pour le bien-être des civilisations. Peu chères et à portée de tous, les argiles ont encore un bel avenir devant elles. Au vu de la situation sanitaire mondial de notre époque, il est peut-être pertinent de voir en elles un recours des plus intéressants dans le traitement de nombreuses pathologies, que ce soit pour les civilisations du bitume… ou de la terre.

L’Apothicaire. 🙂

Argi9
Sources:

– M.-N. Pichard, Les secrets de l’argile blanche, rouge, verte etc.
– N. Liewing et al., Étude et gestion des sols, vol 19, pp. 267-277, 2012.
lhomme.et.largile.free.fr
ghassoul.fr
Wikipedia

Publicités
Cet article, publié dans Hygiène & Soins du corps, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’argile, l’inestimable don de la Nature

  1. Ping : L'argile, l'inestimable don de la Nature | D&ea...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s