L’huile d’olive, trésor de Méditerranée

olive1

Voici que j’aborde avec vous un fruit mondialement connu et riche d’une histoire aussi ancienne que l’agriculture elle-même (ça nous fait remonter à peu près entre  – 8000 et – 10 000 ans).
La production d’huile d’olive n’a jamais été aussi importante et accessible qu’à notre époque.
Ses bénéfices se sont vite remarqués, et les Hommes n’ont ainsi pas tardé à utiliser l’huile d’olive pour diverses choses, comme nous le verrons.
De la santé à l’éclairage en passant par la beauté, l’huile d’olive n’a de cesse de nous surprendre par sa générosité.

Un arbre à la longévité déconcertante :

Oui, l’olivier peut vivre jusqu’à 3000 ans ! C’est dire s’il a des choses à nous raconter.
A propos de petites histoires, il est à noter que dès l’Antiquité, les olives font l’objet d’une extraction d’huile. Par des méthodes assez élémentaires, mais tout de même !
Ainsi, l’huile d’olive entre dans la vie des Hommes. Premièrement pour s’éclairer : l’huile d’olive offre l’avantage d’être un bon combustible qui permet ainsi aux hommes de bénéficier de lumière, la nuit durant, et ce grâce aux fameuses lampes à huile.
olive2
Mais ils l’utilisent également en thérapeutique. Nous savons qu’Hippocrate ou encore Dioscoride estimaient l’huile d’olive. De même qu’Aristote qui a beaucoup écrit sur les meilleures façons de cultiver les oliviers.
Que ce soit sous formes de baumes ou de macération, l’huile d’olive avait déjà sa place chez ces médecins. Petite anecdote, l’huile d’olive était déjà connue pour ses propriétés myorelaxantes (relaxation des muscles).
En effet, les athlètes grecs se frictionnaient allègrement d’huile sur tout le corps pour éviter ainsi les méchantes déchirures musculaires lors des Jeux. D’ailleurs, aux côtés du laurier, des branches d’oliviers sont offerts aux vainqueurs.

Grecs et Romains avaient en commun quelques symboles, et l’olivier en fait partie. En effet, il est tant le symbole d’Athéna que de Minerve, son homologue romaine.
De même qu’Homère fera de l’olivier un symbole de fidélité : le bois du lit de Pénélope et Ulysse était d’olivier.

Ainsi, les oliviers ont été cultivés sur le pourtour de la Méditerranée.
À la même époque, mais dans un autre contexte, l’olivier se voit attribuer le symbole de la sagesse, de la paix mais également de l’espoir. De fait, dans la Torah, l’olivier est le végétal rapporté par la colombe venue annoncer à Noé que les eaux du Déluge reculaient.

La sémantique hébraïque nous donne à l’huile d’olive un caractère sacré. Le terme « Meshiah » désigne celui qui est « Oint ». Est sous-entendue une onction d’huile d’olive.
Les juifs désignent alors leur Messie comme celui qui est « Oint ». Sans entrer dans une quelconque polémique, mais pour rester dans le contexte sémantique, cela n’est pas sans rappeler le terme grec Christos, désignant ainsi le Christ sous l’expression « celui qui est oint ».

Selon les Écritures, Jésus se serait rendu à plusieurs reprises sur le «Mont des Oliviers». Il y énonça a un discours sur la venue de la fin des Temps, et c’est également l’endroit où il sera arrêté.

L’Antiquité voit également l’apparition du premier savon dur : le fameux savon d’Alep, fait d’huiles d’olive et de laurier.
Le savon mou quant à lui, est totalement d’olive et de potasse, c’est le fameux savon noir des hammams. Pour ce qui est du savon Phocéen, il est lui aussi composé à 100% d’huile d’olive.

Au Moyen-âge, la culture de l’olivier est déjà bien répandue en Europe méridionale tout autant que sur le reste du bassin méditerranéen. Les médecins médiévaux utilisent l’huile d’olive, mais son usage alimentaire n’est pas encore très étendu. Bien souvent, l’huile d’olive apparaît dans certaines préparations médicinales, tel qu’on peut le voir chez Hildegarde von Bingen, ou encore Avicenne. L’huile d’olive est ainsi utilisée comme base, à côté de la cire d’abeille, pour réaliser baumes et onguents. Mais également comme solvant permettant la macération des drogues médicinales.

L’Islam s’est également chargé d’apporter son lot de symboles autour de l’olivier. Pour les musulmans, c’est un arbre béni symbolisant l’axe du Monde.
Dans le Coran, la sourate « La Lumière » il est écrit ceci :
olive5
« Dieu est la Lumière des cieux et de la terre. Sa lumière est semblable à une niche où se trouve une lampe. La lampe est dans un (récipient de) cristal et celui-ci ressemble à un astre de grand éclat; son combustible vient d’un arbre béni : un olivier ni oriental ni occidental dont l’huile semble éclairer sans même que le feu la touche. Lumière sur lumière. Dieu guide vers Sa lumière qui Il veut. Dieu propose aux hommes des paraboles et Dieu est Omniscient. »

Écourtons quelque peu ce tour d’horizon historique (le but n’est pas de vous faire un cours d’Histoire), et revenons à notre époque. Aujourd’hui, l’huile d’olive est vantée un peu partout. Nombreuses sont les affirmations qui font de l’huile d’olive une réelle panacée.

La redécouverte des soins naturels a fait de l’huile d’olive une alliée de choix, tant dans l’alimentation que dans la médecine et le soin corporel. Mais abordons tout d’abord la production d’huile d’olive et observons ce qui fait la qualité d’une huile d’olive.

L’olivier et l’extraction d’huile :

L’olivier, de son petit nom Olea europea, est un arbre qui peut atteindre 20m de haut, ce qui ne fait pas de lui, un arbre très grand. Cultivé, sa taille est bien plus petite.
Il se distingue sous deux sous-espèces principales : l’olivier sauvage (Olea europea sylvestris) et le cultivé (Olea europea sativa).  Il est originaire du Proche-Orient bien que certains le placent en Asie Mineure.
Son tronc est noueux et son bois est particulièrement dur. Ses feuilles sont allongées et d’un vert argenté caractéristique. Elles sont persistantes et sont pourvues d’un pétiole ainsi que d’une nervure centrale.

Ses fleurs sont blanches et forment ensuite le fruit qu’est l’olive. Plus précisément, l’olive est une drupe : c’est-à-dire, un fruit charnu qui contient un noyau, à l’instar de la mangue, de la noix ou encore de la pêche.
C’est de cette drupe que l’huile est extraite. En effet, la chair de l’olive contient entre 15 et 20% d’huile en fonction du cultivar et des conditions géographiques. La culture de l’olivier pour son huile est étendue sur l’ensemble du bassin méditerranéen.

Voyons ces deux cartes qui représentent la production d’huile d’olive sur le bassin méditerranéen.  Sur la première, on constate que l’Espagne et l’Italie sont en tête, suivis par la Grèce, la Tunisie et la Syrie. Les pourcentages exprimés sur la première carte sont à reporter sur le total de production des pays représentés (pour les données stats, se référer en bas d’article).

Production huile olive médit - Copie

Le reste du Maghreb (hors Tunisie) produit également une très bonne huile d’olive, notamment celle d’Algérie. Je ne peux que vous conseiller, si vous en trouvez, l’huile d’olive de Kabylie au goût à la fois fruité et d’un vert légèrement chaud,  un pur délice !

En France, la production d’huile d’olive n’est pas comparable en termes de quantités par rapport à ses voisins. Cependant, si on regarde la carte ci-dessous, on constate que plusieurs départements du Sud-Est en produisent tout de même : environ 7000 tonnes pour 2009. Là aussi, les pourcentages exprimés sont à reporter sur le total de production des départements représentés (pour les données stats, voir fin d’article).

Production huile olive sud france - Copie

D’autres pays se sont mis à la production d’huile d’olive comme les États-Unis ou encore l’Amérique du Sud et même, la Chine.

Pour ce qui est de l’extraction, une fois les olives récoltées, il faut s’en occuper rapidement, pour éviter toute fermentation, qui  donnerait une huile au goût très fort.
Les olives seront broyées mécaniquement et la pâte qui en résulte sera placée sous un pressoir. La pression exercée va permettre l’extraction de l’huile et de l’eau de végétation.
Ces deux liquides seront ensuite séparés pour ne garder que l’huile.

Pour qu’une huile soit de bonne qualité et qui puisse être utilisée tant en thérapeutique qu’en cosmétique, elle doit respecter quelques critères.
En effet, elle doit être extraite par procédés mécaniques et sans aucun solvant. Mais aussi, elle doit être pressée à froid, c’est-à-dire que la température ne doit jamais excéder 27°C lors des étapes d’extraction. Enfin, une bonne huile devra être vierge, c’est-à-dire : qui contient l’ensemble des éléments qui la constituent. Donc, sans ajout ni retrait.

Que contient l’huile d’olive ?

Ce tableau simplifie la composition pour ne pas trop entrer dans les détails.

compo olive oil

On constate ici que les acides gras mono-insaturés sont nettement supérieurs aux acides gras saturés. Ce qui confère toutes ses bonnes propriétés à l’huile d’olive, notamment sur la santé cardiovasculaire. De même que les acides gras poly-insaturés sont notablement présents.
Le symbole ω désigne la lettre grecque « omega ».
Comme on le voit, l’huile d’olive contient des acides gras essentiels (non synthétisés par l’organisme et indispensables) : les ω 3 et 6.

À ce tableau, il faudrait ajouter d’autres éléments importants qui font de l’huile d’olive une alliée de la santé. En effet, elle contient des vitamines A, B et B8, C, D, E, K, des molécules aromatiques, des stérols (brassicastérol, campestérol, stigmastérol etc.).
Un véritable cocktail d’éléments !

Il est à noter que l’huile d’olive a point de fumé de 210°C. Ce qui signifie que vous pouvez la chauffer jusqu’à cette température. Au-delà, ses composants se dégradent et l’huile ne sera ni bonne à la consommation, ni bonne à appliquer.
Il n’est aucunement nécessaire de la conserver au frigo. Le froid risque de figer l’huile, ce qui compliquera son utilisation.  Enfin, sachez que l’huile d’olive est aussi grasse que les autres huiles. Elle vous fera tout autant grossir si vous la consommez sans modération.

Propriétés thérapeutiques et cosmétiques de l’huile d’olive :

On y vient !
Démarrons par le conseil d’Hippocrate : « Que ton aliment soit ton médicament » disait-il.

L’huile d’olive se prête très bien au jeu. En effet, de par sa richesse en acides gras mono et poly-insaturés, comme nous l’avons dit, elle pourra être intégrée quotidiennement dans l’alimentation, pour remplacer les graisses animales (beurres et saindoux), de même que pour remplacer les graisses hydrogénées (palme et coprah).
Ainsi, elle contribuera largement à réduire le risque de pathologies cardiaques telles que l’athérosclérose, l’infarctus du myocarde ou encore l’AVC, en évitant l’accumulation du cholestérol (l’hyperlipidémie).

olive4Elle améliorera également les fonctions cérébrales ainsi que la qualité des cellules neuronales grâce à ses omega 3. 

Sa teneur en omega 6 lui permettra d’améliorer le fonctionnement du système nerveux et de l’immunité.
L’huile d’olive sera également cholérétique et cholagogue, très intéressante donc, dans les problèmes de digestion lente. De même qu’elle s’avèrera être laxative sans provoquer de diarrhée. Elle évite également les reflux gastro-oesophagiens. Au niveau de l’intestin, l’huile d’olive permet une meilleure absorption du calcium, renforçant ainsi la structure osseuse.
Les diabétiques pourront la consommer sans crainte (toujours avec modération).

L’activité antioxydante de l’huile d’olive grâce la présence de vitamine E permettra son utilisation dans les soins cosmétiques afin de prévenir les dommages cutanés liés aux radicaux libres. Les soins anti-âge trouveront une alliée auprès de l’olive, de même qu’elle sera adéquate dans la protection de la peau face aux UV.

L’huile d’olive nourrir également la peau. De plus, elle favorise la cicatrisation et exerce une action apaisante sur les inflammations. Enfin, elle calme les démangeaisons du cuir chevelu.
Contre les douleurs musculaires, il est possible de réaliser un massage à l’huile d’olive très légèrement chauffée.

Au-delà de ces aspects thérapeutiques, l’huile d’olive est également intéressante comme solvant dans les préparations thérapeutiques. En effet, elle pourra être utilisée comme huile de base d’un macérât de plante. Riche en vitamine E, elle sera à même de protéger les principes actifs des plantes contre l’oxydation.
De même qu’elle sera adaptée à la dilution des huiles essentielles.
Cependant, il est à noter que l’huile d’olive ne pénètre pas en profondeur : elle sera utile pour les applications d’huiles essentielles à la surface de la peau.
Si vous souhaitez une application plus profonde, préférez une huile plus pénétrante telle que le jojoba ou encore le sésame.

Petite remarque : les feuilles d’olivier sont également utilisées en thérapeutique. Elles seront efficaces contre la fièvre, les gingivites, elles sont hypoglycémiantes, astringentes et hypotensives.
La dose journalière moyenne active (DJMA) est de 1g de poudre de plante sèche.

L’huile de la Providence,

Pour conclure cet article, nous pouvons affirmer que l’huile d’olive rend moult services à l’Homme. Protégeant la santé cardio-vasculaire, nous avons tout intérêt à copier le fameux régime méditerranéen. À savoir, une alimentation riche en fruits, en légumes, en céréales complètes mais également en poissons gras et en huile d’olive.
La drupe se consomme également entière, dans les fameuses saumures que les traditions méditerranéennes ont su mettre au point. S’il y avait une huile à privilégier sur les autres, ce serait bien celle d’olive.

Mais il est préférable d’accompagner l’huile d’olive avec d’autres huiles, telle que l’huile de noix. Celle-ci est plus riche en omega 3 que l’olive, elle sera donc intéressante en complément.

Nous l’avons vu, sa richesse en vitamine E la rend particulièrement adaptée aux peaux trop souvent agressées (tant de par des agents internes qu’externes). Rappelons qu’il n’existe pas une huile d’olive, mais plusieurs. Les variétés d’olives sont aux huiles ce que les cépages sont aux vins. Chaque huile aura sa couleur, son odeur mais surtout son propre goût. À chacun de la choisir selon ses préférences, il y en a pour tous et certaines vous font complètement oublier cet a priori selon lequel l’huile d’olive a un goût trop fort.

Autrefois produit de luxe, la modernisation des méthodes de production ainsi que les valorisations de surfaces cultivées ont permis à l’huile d’olive de s’inviter dans les foyers les plus modestes : vous n’avez plus d’excuse pour vous en priver ! 🙂

L’Apothicaire.

olive6

Sources :
– Chantal et Lionel Clergeaud, Les huiles végétales. Huiles de santé et de beauté.
– Collectif, Tout savoir sur les vitamines et les minéraux, Sélection du Reader’s Digest.
– Henri Lamendi, Soignez votre bouche par les plantes. Remèdes d’hier et d’aujourd’hui,  L’Harmattan.
– F.-J. Cazin, Traité pratique des plantes médicinales indigènes et acclimatées. (4e édition – 1876)
– huile.com
– malea-massage.com
– aroma-zone.com
– afidol.org
– onh.com.tn

Pour la réalisation des cartes :
– Philcarto
– FAO
– afidol.org

Sources images :
– coutiver.blogspot.fr
– De Materia Medica, copie arabe, fac similé.
– m-yala.com
– fiverealmoms.com

Publicités
Cet article, publié dans Alimentation, Herbier, Hygiène & Soins du corps, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s