L’oliban, ou l’or qui émanait des arbres

olib1

Chers lecteurs, j’aborde avec vous aujourd’hui un trésor de la nature qui a fait parler de lui pendant bien des siècles. J’ai nommé, l’oliban. Nous le verrons, résine aussi précieuse par sa symbolique que dans ses bienfaits, elle a été l’objet d’un commerce particulier. Autrefois sacralisée, elle est désormais très peu connue, ou en tout cas, très peu employée en herboristerie. J’entends donc, à travers mon article, lui redonner les lettres de noblesse qui fut jadis les siennes.

Une résine qui valait de l’or.

Tout d’abord, il faut savoir que l’oliban était autrefois connu sous le nom « Encens ». Terme directement issu du latin « incensum », c’est-à-dire, « ce qui est brûlé ». Cependant, l’évolution du langage fait que, ce terme est désormais imprécis. Il désigne alors une catégorie de substances odorantes que l’on brûle dans les temples et les demeures.
Aujourd’hui, ce terme est donc trop vague pour que l’on puisse savoir de quoi on parle.
Le mot « oliban » dérive directement de l’arabe « Al-lùbane » qui a toujours désigné la résine concernée.
Depuis l’Antiquité, l’oliban est une résine qui fait l’objet d’un commerce élargi. En effet, les Arabes avaient le quasi « monopole » des arbres à Encens et vendaient la résine aux côtés d’autres produits plus ou moins précieux. Ce commerce s’organisait en flux entre les Indes orientales et l’Europe.
Les Arabes étaient donc des intermédiaires, allant chercher les produits de luxe en Orient pour les revendre au Moyen-Orient mais surtout, à travers l’ensemble du bassin méditerranéen. D’ailleurs la Mecque, véritable plaque tournante, était un des carrefours les plus actifs du commerce entre les nations antiques (avec notamment Gaza).
Ces routes commerciales se regroupaient sous le nom de « Route de l’Encens ». C’est dire à quel point l’oliban est important dans ce commerce.

olib2En effet, la rareté de cette résine (pour l’époque) faisait de l’oliban un produit précieux. Il était recherché par tous les grands du monde. Que ce soit les pharaons, les rois, les empereurs et autres princes, l’oliban suscitait l’intérêt. Plus précisément, c’est sa rareté et sa symbolique qui faisait de lui une substance d’importance. D’ailleurs, il est intéressant de savoir que l’oliban valait plus cher que l’or !
L’odeur enveloppante et puissante de cette mère des résines était particulièrement appréciée des religieux qui le brûlaient sur les autels.

Brûler de la résine a toujours été un acte hautement symbolique à travers les religions. Éléments purs dont les fumées parviennent aux cieux, les résines sont sensées transporter avec elles les prières et les litanies récitées au pied de l’autel tout en incarnant l’offrande à la divinité. L’oliban, rareté de la nature, représente alors la plus belle des offrandes.

Cet aspect très religieux de l’oliban se retrouve par exemple dans la Torah, où Dieu demande à Moïse de composer un mélange et désigne l’oliban sous l’expression « encens pur », dans l’Exode, chapitre 30, verset 34 :

« L’Éternel dit à Moïse : prends des aromates, du stacté, de l’ongle odorant, du galbanum, et de l’encens pur, en parties égales. »

Ce mélange est considéré comme pur par Yaweh et est brûlé pour l’adorer.

Rappelons que l’oliban fait partie des nombreux végétaux utilisés lors de l’embaumement des morts chez les égyptiens. Il intervient ici comme fixateur des bandelettes, aux côtés d’autres résines et cires mais aussi comme agent antiputride.

Le sacré ne quitte pas non plus l’oliban chez les chrétiens. En effet, selon la tradition, les rois Mages seraient partis à la rencontre du Messie en lui apportant des présents. Avec l’or et la myrrhe, c’est l’Encens (oliban) qui est offert pour honorer le prophète.
D’ailleurs, il est d’usage dans les églises de réaliser une fumigation d’oliban lors de l’office. Cette pratique est toujours d’actualité.

Dans l’Islam, bien que moins sacré, l’encens reste une substance très appréciée. En effet, le prophète conseillait aux croyants l’utilisation de l’encens en fumigation pour purifier l’air. De même qu’il recommandait aux parturientes de manger de l’oliban si elles souhaitaient enfanter un garçon au cœur pur ou une fille qui aura, l’âge adulte atteint, des formes généreuses.
Les proches du prophète indiquaient l’oliban en cas de mémoire défaillante ainsi qu’en cas de polyurie (abondance des urines).

Chez les arabo-musulmans il est coutume de brûler de l’oliban lors des cérémonies festives et religieuses. Il marque également l’hospitalité et la bonne entente lorsqu’un hôte reçoit.

Il est à noter que l’oliban est aujourd’hui nettement plus utilisé pour son arôme, chez les parfumeurs, que pour sa valeur thérapeutique. Bien que celle-ci soit mise en exergue par quelques études cliniques.

Enfin, il convient de rappeler que l’oliban fait partie intégrante des rites ésotériques. Il est principalement considéré comme purificateur et est ainsi utilisé pour nettoyer les lieux et les personnes des influences néfastes venues les perturber. Il fait partie de nombreux mélange d’encens aux objectifs divers, car il est considéré comme étant de nature universelle : ainsi, sorciers et magiciens l’utilisent pour tout type d’action.

Descriptions botaniques :

La résine d’oliban est issue d’un arbre du genre « Boswellia ». Ce genre sous la famille des olib3Burséracées présente de nombreuses espèces : Boswellia sacra, serrata, dalzielii etc. Chaque espèce produit une résine qui aura une qualité olfactive ainsi qu’un aspect légèrement différent. Nous pouvons alors trouver sur le commerce de l’oliban d’Oman, de Somalie, du Soudan ou encore d’Inde.

Le Boswellia est un arbre atypique. Il vit dans des conditions particulièrement rudes, ce qui ne l’empêche pas, bien au contraire, de produire une résine de haute qualité. Il s’épanouit en effet sur un sol rocailleux, sablonneux et souvent sec. La plupart du temps il se situe sur des versants autant escarpés qu’accidentés. Il croît sous un climat semi-aride, il peut atteindre un peu plus de 3 mètres de haut. Ses fleurs sont blanches tandis que ses feuilles caduques sont vertes et composées.
L’écorce du tronc se pèle aisément.

Après large entaille sur le tronc, un liquide blanc, semblable à du latex, perle et fini par couler plus abondamment. C’est la résine qui va continuer de s’écouler et s’épaissir. La résine est récoltée après quelques jours : elle est encore molle. Il faudra attendre plusieurs semaines de séchage pour obtenir des larmes solides ou semi-solides. Cette résine est triée pour éliminer brindilles et morceaux d’écorce.

La résine peut  être utilisée brute en fumigation sur un charbon ardent, de même qu’elle peut s’utiliser sous d’autres formes (macérâts, teintures etc.). Une huile essentielle en est tirée par distillation à la vapeur.
La résine du Boswellia carterii est composée d’alpha-pinène, de limonène mais également de béta-caryophyllène.

Propriétés thérapeutiques :

olib4Ici, nous traiterons à la fois de la résine proprement dite que de son essence. Je préciserai s’il y a lieu de le faire.

La résine d’oliban fait office d’anti-inflammatoire* très intéressant, notamment contre les problèmes rhumatismaux. Mais elle le sera tout autant sur les inflammations cutanées et gingivales. À ce propos, vous pouvez mâcher une larme d’oliban tel un chewing-gum pour assainir votre bouche et purifier votre haleine. De même qu’elle sera prometteuse contre la maladie de Crohn.
Elle se trouve être un vulnéraire (cicatrisant) très efficace sur les plaies tout en étant antifongique et antibactérien.
A ce titre, elle sera indiquée contre les mycoses mais également les petites infections.
L’oliban est également utile pour régénérer la peau.
Son huile essentielle s’illustrera à merveille en diffusion atmosphérique pour purifier une pièce (vous pouvez aussi brûler la résine tout en aérant la pièce).

L’oliban sera intéressant comme expectorant et calmera la toux : deux actions qui semblent dichotomiques mais il n’en n’est rien.
En effet, dans le cadre d’une bronchite, laryngite ou encore de rhinopharyngite, l’oliban va permettre d’évacuer le mucus pulmonaire plus facilement, réduisant ainsi les toux laborieuses et éreintantes. Son action antispasmodique permettra d’atténuer les crises d’asthme.
De même qu’il se dit anticatarrhal, et donc, efficace contre les écoulements d’origine inflammatoire de type sinusite.
Notons que l’oliban stimule le système immunitaire et est astringent. Ajoutons qu’il stimule les fonctions intellectuelles et réconforte les anxieux. Il sera décontractant, relaxant en cas de stress, soutiendra les déprimés.

« Petite » information au passage, des études cliniques montrent que l’huile essentielle d’oliban permet de sérieusement limiter la prolifération des cellules cancéreuses dans l’organisme. De même qu’elle induit leur apoptose (« suicide des cellules » : les cellules cancéreuses s’auto-détruisent).**
Ces informations reposent sur l’étude menée Mark Barton Frank, docteur à l’Oklahoma Medical Research Foundation.

* Selon « Pharmacists of University Jena clarify the anti-inflammatory impact of boswellic acids »

** Selon « Frankincense oil derived from Boswellia carteri induces tumor cell specific cytotoxicity »

Propriétés émotionnelles :

L’huile essentielle d’oliban est puissamment solaire. Elle rayonne du haut vers le bas pour ensuite mobiliser l’énergie du bas vers le haut. Je m’explique : elle mobilise tout au fond de nous, l’énergie de vie, l’énergie motrice. Celle qui nous permet d’agir et de se sentir exister.
Elle révèle la flamme intérieure.
Elle donne une grande force intérieure. Elle permet également d’apaiser de manière considérable, le mental agité. D’ailleurs, il libère des carcans mentaux : très utile pour les psychorigides.
L’huile essentielle d’oliban aide à équilibrer les pensées, notamment en permettant de relativiser les problèmes du quotidien, qui nous éparpillent bien souvent. De même qu’elle incite à dépasser les conflits intérieurs par un sentiment de quiétude enveloppante.

Elle aide considérablement à initier un état méditatif, très utile lors des périodes de recentrage, de remise en question ou tout simplement d’introspection.

Enfin, l’oliban permet d’élever notre esprit pour mieux englober notre réalité propre et accepter notre condition sur Terre.

L’offrande de la Terre,

Comme nous avons pu le voir à travers notre article, l’oliban recèle bien des miracles. À la fois outil spirituel et médication, il se révèle être l’appui des Hommes face à leur condition.
Bien qu’il soit fort peu probable que cette résine voit, dans les années qui viennent, sa valeur monétaire filrter comme autrefois celle de l’or, elle reste néanmoins forte d’une valeur médicinale très prometteuse.
Elle est peu sollicitée en médecine de nos jours, que celle-ci soit conventionnelle ou alternative.
Et cela est bien dommage quand on sait que ses applications (autre que la parfumerie) sont multiples et pouvant adopter diverses formes.
Symboliquement riche d’enseignements, l’oliban nous incite au respect le plus profond pour notre Terre, généreuse, même dans les conditions les plus hostiles.

L’Apothicaire.

olib5
Sources:

– Fabienne Millet, Guide Marabout des huiles essentielles.
– A. Zhiri, D. Baudoux, Les huiles essentielles chémotypées et leurs synergies.
– Alessandra Muro Buronzo, Grand guide des huiles essentielles.
– Jalâl Ad-Dîn As-Souyoûtî, La médecine du prophète Muhammad.
– biomedcentral.com

Source image:
essentialsurvival.org

Publicités
Cet article, publié dans Herbier, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour L’oliban, ou l’or qui émanait des arbres

  1. Amandine dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre merveilleux blog, j’en apprends toujours plus à chaque nouveau post!
    Où trouvez-vous cette résine?
    Bonne soirée

    • L'Apothicaire dit :

      Bonjour Amandine, et merci pour votre beau compliment. 🙂
      Vous pouvez trouver l’oliban dans les épiceries orientales si vous en avez près de chez vous. Mais également les boutiques ésotériques.

      Si vous ne disposez pas de ce type de commerce à proximité, vous pouvez chercher « achat oliban » sur google, et il vous proposera un certain nombre de boutiques qui le commercialisent.

      😉

      • Amandine dit :

        Bonjour, et merci pour votre réponse. En effet, je n’avais pas pensé aux épiceries orientales, j’irais voir ca. Encore merci pour votre super blog 🙂

  2. leptitmousse dit :

    Sympa cet article, j’ai bien envie d’essayer l’essence d’oliban pour ses propriétés sur la peau. Sinon en résine à brûler le benjoin est agréable aussi, notamment sous la forme de papier d’Arménie. Bonne continuation !

  3. MARIE dit :

    Bonjour, j’ai trouvé de l’huile d’oliban. Comment peut on l’utiliser ? En friction ? par voie interne ? Merci d’avance à vous

    • L'Apothicaire dit :

      Bonsoir Marie.
      Pouvez-vous en dire plus sur cette huile d’oliban?
      Est-ce une macération de résine dans une huile végétale?
      Est-ce une huile essentielle?
      Il n’y a qu’avec ces informations que je serai en mesure de vous conseiller. 😉

  4. makis dit :

    bonsoir
    Mon pere a une tumeur cerebral ,il ses fait operer en decembre et a fait 6 semaine de chimio et radiotherapie tout ses bien passer .un jours apres avoir fini les therapies il as fait une crise d epilepsie qui l as affaibli beaucoup .nous avons ete la semaine passer a l hopital et ont nous a annoncer qu il ne savait plus rien faire que la tumeur ce propagait dans le cerveau.
    J ai lu dans votre article que l’huile essentielle d’oliban permet de sérieusement limiter la prolifération des cellules cancéreuses dans l’organisme.Pourriez vous m en dire plus ,ou l acheter ,et comment l utiliser.
    Merci

    • L'Apothicaire dit :

      Bonsoir,

      Désolé d’apprendre cela pour votre père.
      Concernant l’oliban, il est absolument nécessaire et indispensable d’en parler aux médecins qui prennent en charge votre père.
      Je fais référence à des études qui ont été faites, néanmoins, n’étant pas médecin, je ne peux vous conseiller dans ce domaine précis.
      Donc encore une fois, parlez-en aux médecins.

      Courage. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s