Le parfum, l’alchimie des émotions

1

Bonjour lectrices et lecteurs !
Aujourd’hui Chez l’Apothicaire, on passe en revue une thématique bien précise : le parfum !
A travers cet article, je compte voir avec vous comment ils sont réalisés et comment, nous autres amis des plantes, pouvons en fabriquer à la maison, moyennant quelques ingrédients et astuces.

Bien que j’aime encore porter quelques effluves contés par Guerlain, Rocher ou encore Klein et Gauthier, je préfère réaliser mes parfums moi-même pour plusieurs raisons.
D’une part cela me permet d’avoir un parfum qui me correspond totalement, car réalisé selon mes goûts. D’autre part, un parfum fait soi-même est unique : personne ne sentira comme vous.

Car c’est bien le problème que l’on rencontre de nos jours : l’uniformité. Je me plais à jouer un petit jeu olfactif lorsque je me ballade dans la foule, lorsque je suis dans les transports en commun etc. : je prends conscience des parfums qui se dégagent des gens. La plupart du temps, je me rends compte qu’ils portent tous les mêmes parfums. Mon nez ne me trompe pas : je reconnais les Paco Rabane, les Dior, les Armani, les Boss et j’en passe…

Ces parfums qui se veulent refléter la personnalité du porteur deviennent amorphes tant ils se rencontrent à chaque coin de rue, de la plus légère poignée de main à la moindre accolade…
Mais chacun son choix, chacun appréhende le parfum comme il le souhaite. Moi aussi j’aime porter quelques senteurs formulées par de belles Maisons…

Cependant, je suis aussi un passionné du « fait soi-même », plus particulièrement avec des ingrédients naturels. Je me suis alors fortement intéressé à la fabrication du parfum, sa structure et les possibilités qu’il offre pour en venir à partager avec vous ces quelques informations. Je vous épargnerai l’historique du parfum dans le monde, cela surchargerait l’article. Peut-être y reviendrais-je une autre fois.
L’autre avantage de construire soi-même son parfum est bien évidemment une question de coût.

Qu’est-ce qui justifie l’excessivité du prix des parfums ?

Plusieurs étapes coûtent de l’argent :
– La longue recherche de la formulation.
– Les molécules brevetées de certaines compositions.
– Le nom du parfum (la Maison).
– Le design de la boîte et du flacon.
– Le marketing (pub : affiches, TV, égéries etc.)
En somme, la totalité de la valeur ajoutée (des employés de la production des végétaux à ceux des comptoirs de parfumeries).

Alors quand on aime porter un parfum et qu’on aime tout autant changer de fragrance en fonction des saisons, du mood etc., la facture vous dégrise aussitôt. Et réaliser un parfum à la maison permet d’éviter de payer toutes ces étapes intermédiaires. Vous ne payez que les matières premières et le flacon. Le reste, c’est gratis pro deo !

De quoi se compose un parfum ?

Tout d’abord, d’extraits végétaux. Ces végétaux sont divers : fleurs, écorces, graines, racines, résines etc. Autrefois, l’usage de parties animales telles que la glande du chevrotin qui donne le musc, était courant. Désormais, ces matières animales sont de moins en moins utilisées. Notamment le musc, qui est synthétisé pour protéger l’animal en voie de disparition.

Ces végétaux subissent différents traitements, pour permettre d’extraire et de conserver leurs arômes. La méthode la plus connue est la distillation par entraînement à la vapeur d’eau, qui donne les fameuses huiles essentielles. Cependant, d’autres méthodes sont tout autant employées telles que :

2La macération alcoolique : il s’agit de laisser macérer des plantes à parfum dans de l’alcool. Celui-ci permet d’extraire les principes aromatiques des plantes. L’ensemble est filtré après un temps de macération. Ce filtrat est ensuite évaporé pour retirer l’alcool. Il ne reste alors qu’une substance visqueuse : la concrète.
Cette concrète subira à nouveau un traitement à l’alcool de même qu’un système réfrigérant permettra de retirer les matières grossières, telles que les cires. Il ne reste alors qu’un extrait odorant dilué dans un alcool, qui sera concentré par une nouvelle chauffe : on obtient alors l’absolue.

La macération huileuse : cette macération se fait, comme son nom l’indique, dans une huile. Une huile neutre est nécessaire, c’est-à-dire, sans odeur. On y intègrera des plantes à parfum. L’huile va extraire leurs principes aromatiques. La macération peut se faire à froid pour les plantes les plus fragiles, mais également en digestion (chaleur très douce), ou à chaud (au bain-marie). Après filtration, vous obtenez une huile parfumée, qui pourra composer un parfum solide par exemple.

L’enfleurage : cette technique permet de capter les odeurs des fleurs « muettes ». Ces fleurs ne livrent pas leurs odeurs par les techniques traditionnelles (la distillation par exemple). Ici, on utilisera une graisse molle que l’on étalera sur un plateau. Sur cette graisse on déposera des fleurs muettes (violette, chèvrefeuille, lilas etc.). Il faut une seule espèce florale par enfleurage. La graisse va alors capter l’odeur de la fleur. Chaque jour, il faut enlever les fleurs et en mettre de nouvelles.
A la fin de la période d’enfleurage, on récupère la graisse que l’on fond et à laquelle on ajoute son volume en alcool. Le tout est agité pour que l’alcool récupère les arômes captés par la graisse. Puis, on réduit l’alcool (ce n’est pas obligatoire) pour obtenir une solution concentrée et prête à l’emploi.

Sachez également qu’il existe des fragrances reconstituées. Il s’agit de prendre des molécules issues d’huiles essentielles différentes et de les assembler pour donner une autre odeur (le muguet, par exemple). Les parfumeurs utilisent souvent cette méthode, mais ils utilisent des fragrances synthétiques.
Certaines boutiques en ligne vendent des fragrances reconstituées, entièrement naturelles (telle que la boutique Aromat’easy). Je n’ai pas de part chez cette boutique, hein, mais c’est pour l’info.

Voilà pour les principales façons d’obtenir les extraits végétaux nécessaires à la réalisation d’un parfum. Maintenant que nous en savons un peu plus, il nous faut comprendre comment se compose un parfum.

Traditionnellement, il se structure selon 3 notes. Un triptyque composé d’une note de tête, de cœur et de fond.

La note de tête est une note fraîche, vive, tonique et aérienne: elle donne l’impulsion au parfum et donne une première image au parfum.
La note de cœur est plutôt fleurie : elle incarne en partie l’identité du parfum, elle permet la transition entre la note de tête et celle de fond.
La note de fond est assez chaude, lourde et un peu fauve : elle est l’identité et le sillage du parfum mais aussi sa puissance. elle le structure. La note de fond permet également de fixer les autres notes.

Illustrons ces notes par quelques exemples.

  • Tête : citron, citron vert, orange, bergamote, litsée citronnée, petitgrain, basilic, cyprès bleu, menthe poivrée.
  • Cœur : jasmin, galbanum, lavande, gingembre, rose, ylang-ylang, fleur d’oranger, girofle, géranium, cardamome.
  • Fond : oliban, benjoin, ambre, vétiver, patchouli, sauge sclarée, santal, cèdre, genévrier, tonka, nard, vanille.

3 Il est évident que l’éventail des senteurs pour chaque note est bien plus large qu’ici. Je tenais simplement à donner quelques exemples pour mieux comprendre les types d’odeurs. Il faut noter également que certaines fragrances peuvent se retrouver sur plusieurs notes. C’est le cas de la fleur d’oranger : elle se plaît en note de cœur, mais peut tout à fait s’illustrer en tête de parfum.
Cela dépendra des associations que vous lui ferez.

De ces notes découlent des termes spécifiques pour qualifier plus précisément les parfums qui associent ces notes particulières. On parlera de familles olfactives : florales, hespéridés, chypres, cuirs, boisés, fougères etc.

Bien que ce ne soit une obligation, un parfum équilibré suit ces 3 notes.
Tout l’art de la parfumerie réside dans la créativité du parfumeur, à l’association des bonnes notes, dans les bonnes proportions. Ces bonnes associations dépendent directement de ce qu’on recherche à travers un parfum.
Si on souhaite un parfum frais et tonique, on n’usera pas des mêmes essences que si on souhaite un parfum mystérieux et sensuel. Les choses se compliquent encore un peu en ce qui concerne les proportions d’ingrédients utilisés. On peut choisir d’utiliser les mêmes essences pour deux parfums différents, nous n’aurons pas le même résultat si les proportions d’essences ne sont pas les mêmes pour l’un et l’autre.

Les proportions peuvent tout changer, c’est pourquoi il est plutôt rare de réussir un parfum du premier coup. La plupart du temps, on modifie les proportions, on ajoute ou retire une essence etc.
Les maîtres mots de la conception d’un parfum sont la créativité, l’essai et la patience !

Quel support pour le parfum ?

Classiquement, lorsque l’on pense au parfum, on pense au spray. Cependant, diverses formes existent et ont leurs avantages comme leurs inconvénients. Petit détour des formes possibles.

Alcool : c’est le support le plus utilisé pour les parfums. Il permet une utilisation très simple en spray sur le corps. Au contact de l’air et de la chaleur du corps, il s’évapore à l’application, laissant libre court au parfum.
Petit problème cependant : il est très difficile aujourd’hui d’acheter de l’alcool à 90°, en raison des restrictions françaises concernant sa vente. Je vous déconseille d’utiliser de l’alcool dénaturé, car l’odeur interfèrera avec celle de votre parfum. Les alcools de grains peuvent être intéressants mais il faut que leur titrage soit suffisant pour permettre aux essences de se diluer correctement.

Parfum ? Eau de parfum ? Eau de toilette ?
Le parfum contient environ 20% d’extrait de parfum.
L’eau de parfum en contient environ 15 à 20%
L’eau de toilette contient entre 5 et 15% d’extrait.

Huile : il est tout à fait possible d’incorporer son extrait de parfum dans une huile neutre, de préférence sèche, telle que le macadamia ou le jojoba. Je conseille notamment le caprilys, qui est une fraction d’huile. Son toucher impalpable rend l’application très confortable. Ainsi, pas de sensation de gras en appliquant le parfum sur la peau. Evitez tout de même le spray avec l’huile, ce n’est pas pratique du tout.

Parfum solide : il s’agit ici de réaliser une espèce de baume assez compact mais pas trop, à partir d’huile et de cire. L’huile aura incorporé l’extrait de parfum. Ainsi, il vous sera possible d’appliquer le baume sur la peau, par petite touches.

Crème : on n’y pense pas souvent, et pourtant, c’est une manière intéressante d’appliquer le parfum. Celui-ci tient nettement mieux sur une peau bien hydratée. De fait, si vous réalisez vous-même une crème hydratante (ou utilisez une crème neutre), vous pouvez ajouter votre extrait de parfum. Pour ce qui est de l’application, elle doit être assez locale. Ne mettez que ce qu’il faut : un peut sur le cou, derrière les oreilles, la nuque.

Genèse d’un parfum : un art bien maîtrisé.

Venons-en à quelques conseils pour réaliser un parfum. Pour faire un parfum, il faut se laisser aller à la créativité, il s’agit d’un véritable art, comme on réalise un tableau, une sculpture ou même une symphonie.

4Premier conseil : Apprenez à vous familiariser avec les odeurs. Pour cela, vous pouvez porter sur vous une seule note parfumée. Par exemple, vous n’arrivez pas à cerner ce qu’est une note boisée : portez sur vous une goutte d’huile essentielle de cèdre de l’Atlas et vaquez à vos occupations. De temps en temps, respirer l’odeur, ouvrez-vous à elle jusqu’à ce que vous sentez que vous l’avez « saisie» : à ce moment là, un « boisé cèdre », vous savez ce que c’est. Faites cela avec plusieurs boisés, mais jamais en mélange. C’est comme la musique, pour savoir ce qu’est un « Do », il ne faut pas l’écouter avec un « Mi », mais juste le « Do ».

Deuxième :
Avant de commencer à composer un parfum, posez-vous la question de savoir ce que vous souhaitez raconter à travers lui. Une histoire d’amour ? De séduction ? Avez-vous envie d’inspirer la confiance ? Le mystère ? Souhaitez-vous envoûter ou marquer un trait de votre personnalité ? Quand vous aurez en tête de nombreuses notes parfumées, vous arriverez à les « traduire » en mots, en émotions. Vous pourrez alors traduire votre histoire par des odeurs.

Troisième : Apprenez à « articuler » les notes dans votre mémoire olfactive. Kézaco ? Faites appel à votre mémoire des senteurs pour associer par exemple, mentalement, une odeur de citron et une odeur de lavande. En connaissant ces odeurs et vos goûts, vous saurez si ce mélange est intéressant. Puis, il faut tester avec vos matières odorantes.

Quatrième : Maintenant que vous avez imaginé un mélange de notes parfumées qui correspond à vos goûts et à ce que vous voulez transmettre à travers le parfum, il vous faut tester ce mélange.
Commencez par une part de chaque note. Si vous utilisez des huiles essentielles au compte-goutte, 1 goutte sera une part. Sentez et ressentez le parfum. Il est important d’avoir un carnet de note, pour inscrire votre mélange et surtout, les impressions que vous aurez eu en sentant le parfum. Laissez le parfum s’articuler de lui-même quelques heures si vous le souhaitez.
Puis, revenez-y et voyez ce qu’il faut ajouter ou enlever. Pour chaque ajout, faites le en part également. Notez chaque ajout et sa quantité. Laissez reposer le mélange et sentez à nouveau. Faites ces mélanges en petite quantité, pour éviter de gâcher de la matière si votre composition ne vous plaît pas.

Cinquième : Patience et persévérance seront vos deux grandes alliées. On ne réussit pas toujours un parfum du premier coup. Il faut du temps pour réussir à trouver le bon tempo, la bonne articulation entre les différentes notes que vous choisirez. Mais une fois que vous êtes parvenus à un mélange qui vous plaît, quel bonheur ! Ne baissez donc pas les bras !

Que faire une fois votre mélange trouvé ?

C’est très simple, il suffira d’adapter les quantités de chaque part pour remplir un flacon de la contenance que vous souhaitez. Prenez votre base (huile, alcool ou autre), ajoutez-y le mélange. Et laissez reposer quelques temps (1 mois généralement) pour maturer le parfum. Car le parfum va évoluer.

Bien qu’il y ait un pourcentage précis de parfum à intégrer dans la base pour avoir la dénomination « Eau de Parfum, Eau de Toilette etc. », mettez le pourcentage de parfum que vous voulez dans votre support. Évitez tout de même de dépasser 30%, car certaines huiles essentielles sont irritantes lorsque utilisées à forte dose.
De même que vous prendrez garde à ne pas utiliser d’essence d’agrumes dans un parfum destiné à être porté en plein jour (elles sont photosensibilisantes).

Pour terminer,

Voilà pour les quelques informations concernant la fabrication maison d’un parfum. Véritable œuvre d’art, le parfum est le reflet de votre personnalité, de vos goûts et de vos attentes. Lorsque les notes parfumées sont bien cernées, il vous est possible de composer de nombreux parfums. Gardez à l’esprit que vous n’avez pas les mêmes possibilités qu’une Maison de parfums, car celle-ci dispose de molécules introuvables ailleurs. Mais la nature est généreuse et nous permet de réaliser de belles compositions.

Depuis l’aube de l’humanité, nous sommes charmés par les effluves offertes par la Nature, il nous est aujourd’hui possible de préserver ces odeurs grâces aux méthodes évoquées dans l’article.
Ces odeurs, nous pouvons aisément les accorder pour le plus grand plaisir de nos narines!
Souvent présentée comme un art élitiste, à la portée d’un petit nombre, la parfumerie est en réalité plus accessible. Il suffit de comprendre les odeurs, de savoir les traduire en émotions puis de les assembler dans une harmonie travaillée.
Il faut un peu de pratique, mais le jeu en vaut la chandelle.
J’espère donc que cet article vous aura donné envie de faire vos propres parfums.

L’Apothicaire.

5
Sources images:
– cote.azur.fr
– odora.fr
– belcamshop.com

Publicités
Cet article, publié dans Hygiène & Soins du corps, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le parfum, l’alchimie des émotions

  1. malik dit :

    bonjour
    j’ai essaye defaire une eau de cologne a 2pour cent d’huile essentielle (alcool a 70)
    mais l’odeur n’est pas terrible
    est ce qu’il ya des ajouts pour renforcer l’odeur !!!
    salutations

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s