Sérum visage pour Homme: argan, nigelle et oliban

ser1

Bonjour les amis !
Aujourd’hui Chez l’Apothicaire, j’aimerai partager avec vous une recette naturelle.
Comment ça, « encore ?!« , oui oui, je vous ai entendu là-bas… ^^

Comme je l’ai déjà annoncé il y a quelques temps, bien que ce blog soit principalement consacré aux plantes médicinales, je ne me cantonne pas à leurs monographies. Le but est de pouvoir mettre en application un savoir trop souvent théorique. C’est donc l’occasion de se mettre à l’œuvre et de faire usage de toutes les bonnes choses que la nature nous offre généreusement.

Cette recette est un sérum, comme le titre l’indique. Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’un sérum ?
Premièrement, ce terme tout droit sorti du vocabulaire médical désigne un liquide intégrant le sang. Il s’obtient en laissant coaguler le sang, puis en le centrifugeant. Le sérum apparaît. Il contient plein de bonnes choses : des protéines et des électrolytes (les sels minéraux).
Quel rapport avec ma recette ? Rien, en tout cas concernant le sang.
En revanche, dans la recette, il y a également plein de bonnes choses.

Depuis quelques années, les sérums poussent comme des champignons, plus miraculeux les uns que les autres. Ils contiennent parfois des ingrédients exotiques, d’autres fois donnent l’impression d’être tout droit sortis d’un laboratoire du futur. Que valent-ils vraiment ? Cher… très cher…

Pour donner quelques chiffres, voici quelques prix des sérums les plus chers que j’ai pu trouver: 55€, 67€, 84€, 95€, 134€ (ouais…). On peut se demander quels ingrédients spectaculaires et rares y sont intégrés. Alors j’ai cherché, et pour la plupart ils contiennent des complexes brevetés, des extraits végétaux, des produits de la pétrochimie, de l’eau et des parabènes pour certains.

Bref, rien d’extraordinaire. Surtout qu’il ne faut pas se laisser avoir par les « complexes brevetés » : il s’agit de complexes moléculaires synthétiques et protégés intellectuellement, mais ça ne veut pas dire qu’ils cassent trois pattes à un canard

Du coup, je me suis dit que j’allais faire simple et que j’allais utiliser des ingrédients naturels et qui ont fait leurs preuves. J’utiliserai des matières nobles sans pour autant faire de mon sérum un produit dispendieux. De fait, voyons-voir plus en détails la recette :

formule sérum

Comme on le voit, elle n’est pas très compliquée. On retrouve le gélisucre dont j’ai précédemment parlé. À travers ce sérum, l’idée est d’hydrater tout autant que nourrir la peau. L’émulsion huiles dans eau m’a parut pertinente. Mais voyons tout d’abord la réalisation de ce sérum, puis on s’attardera sur les ingrédients.

Modus operandi :

Commencez par former un gel aqueux [1] en versant en pluie la gomme xanthane dans l’eau tout en battant énergiquement. Laissez de côté, le gel va prendre totalement.

Puis, pesez vos huiles + vitamine E dans un récipient et le gélisucre dans un autre. L’objectif sera tout d’abord de réaliser un gel huileux [2]. Pour cela versez délicatement un filet de votre mélange d’huiles sur le gélisucre et mélangez énergiquement au fouet. Allez-y filet après filet, autrement, le gel huileux ne prendra pas.

ser2

Une fois le gel huileux fait, ajoutez petit à petit le gel aqueux dans le gel huileux, en mélangeant entre chaque ajout. Vous pourrez observer un lait se former, c’est bon signe. Continuez jusqu’à avoir mis tout le gel aqueux. Votre préparation a alors une consistance assez fluide. Il ne vous reste plus qu’à ajouter le conservateur (Cosgard), et c’est terminé !

Voici la texture finale :

ser3

C’était vraiment facile n’est-ce pas ? Conditionnez dans un flacon, et étiquetez comme il se doit. J’ai personnellement opté pour un flacon à pipette, pour coller avec l’image traditionnelle du sérum. Il est ambré, j’y ai mis une étiquette vintage pour coller à l’image « Apothicaire ». 😉

Focus sur les ingrédients :

L’huile d’argan, on ne cesse d’en parler ces derniers temps. C’est en quelque sorte la nouvelle panacée cosmétique. Et il est vrai qu’elle est incroyable ! Elle a une action antioxydante vérifiée, notamment grâce à sa richesse en vitamine E. L’argan répare efficacement la peau. Elle la nourrit en profondeur. L’huile de nigelle est également antioxydante, nourrit, régénère la peau et l’assouplit.

Pour ce qui est du macérât huileux d’oliban, j’ai réduit en poudre de l’oliban. Je l’ai ensuite placé dans un bocal et recouvert d’huile de tournesol. Puis, je l’ai laissé macérer à froid plus d’un mois. L’odeur de ce macérât est exquise ! L’huile sent divinement bon !
L’oliban aidera la peau à se régénérer en douceur.

Quant à la vitamine E (déjà présente dans l’huile d’argan et de nigelle), j’ai souhaité l’ajouter pour accentuer l’effet protecteur anti-radicalaire (= antioxydant) ainsi que l’effet « assouplissant » cutané dont l’argan et la nigelle font preuve.

Bon, je ne suis pas encore sujet à quelconques ridules, mais pour ceux que ça intéressent, ce cocktail d’huiles végétales prévient efficacement les rides.
Ajoutons que la préparation à froid de ce sérum permet de préserver tous les principes actifs.

Concernant l’application :

C’est un sérum qui est un peu gras, ce qui fait qu’à l’application, il laisse un léger film brillant. Personnellement, je ne suis pas hyper fan de ces textures. Voilà pourquoi je réserve l’utilisation de ce sérum le soir, avant d’aller me coucher.

Pour cela, il me suffit de prélever une petite quantité du sérum par la pipette et de la verser dans le creux de la main. Puis, je détends et j’applique sur tout le visage. Je masse de manière circulaire jusqu’à bonne absorption par la peau.

Je n’ai pas souhaité ajouter d’huile essentielles ni d’autres fragrances naturelles et concentrées. Je ne souhaite pas constamment utiliser les huiles essentielles. Ce sont des concentrés de molécules, il faut alors faire attention à ne pas en avoir dans tous les produits utilisés quotidiennement.

J’avais également envie de quelque chose de simple, raffiné et efficace. C’est chose faite. D’ailleurs, comme je l’applique le soir, le parfum discret est totalement approprié. Se dégage une légère odeur de nigelle, bien caractéristique. L’oliban se révèle assez bien.

Voilà pour la recette ! Elle n’est pas compliquée pour un sou, elle combine des ingrédients tout autant efficaces que de qualité. Et pourtant, je n’ai pas eu à débourser entre 50 et 100€ pour ça.
Si vous aussi vous n’avez pas envie de vous ruiner dans des produits chers et parfois douteux, alors les soins maison sont faits pour vous ! 😉

L’Apothicaire.

ser4

Publicités
Cet article, publié dans Hygiène & Soins du corps, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s