Recettes de soins: mise au point

ing

Cela fait maintenant plus de deux ans que ce blog existe et que je partage avec vous quelques informations concernant les plantes, huiles essentielles et autres produits naturels. Aussi, je vous présente ma passion pour les soins maison. Ceux-ci sont simples à réaliser et tout aussi efficaces que les soins du commerce.
Néanmoins, je n’ai pas voulu me plonger dans les recettes traditionnelles de nos grands-mères. Non pas qu’elles aient manqué de génie, loin de là. Mais, lorsque je vois pulluler sur la toile ou dans la littérature bon nombre de ces recettes, je me dis : « mais qui les utilise quotidiennement ? »

Effectivement, nous sommes habitués à des formes modernes de soins. Les chimistes ont sur mettre au point des produits qui soient pratiques d’utilisation, confortables et stables dans le temps. En dehors de l’industrie pétrolière qui est venue mettre son nez dans nos produits, ces innovations ne sont pas un mal. Vous l’avez surement deviné au travers de mes articles : j’ai un profond respect pour la connaissance des plantes de nos ancêtres, mais je suis et je reste un progressiste.

De fait, lorsque je vois les recettes de nos sympathiques grands-mères, je me dis qu’il est intéressant de les utiliser de temps en temps, mais pas au quotidien. D’autant que beaucoup de ces recettes ne se conservent pas et doivent être constamment refaites. Avec notre rythme de vie actuel, c’est rédhibitoire.

Dans ce blog, je vous présente un certain nombre de formules, qu’elles soient curatives ou cosmétiques. Et vous aurez remarqué que ces recettes contiennent des ingrédients que l’on ne trouve pas dans celles de nos aïeux : gomme xanthane, émulsifiant, caprylis, conservateur, glycérine etc.
Ces ingrédients, développés par nos bon chimistes, sont tout d’abord élaborés pour l’industrie pharmaceutique et cosmétique. Nous sommes donc habitués à étaler sur notre peau des produits ayant des textures dues à ces ingrédients.
De fait, reprendre des recettes d’avant ces innovations nous laisse un peu sur notre faim : on ne se sent pas complètement satisfait de leur application au quotidien.

Aujourd’hui, nous pouvons obtenir les produits naturels que j’ai cités, très facilement. Il est alors aisé de fabriquer quelques recettes qui correspondent à nos attentes actuelles (confortables, pratiques, stables etc.)
À travers cet article, je compte faire une petite mise au point de tous les ingrédients naturels dont on peut avoir besoin pour réaliser bon nombre de soins. Car, lorsque l’on souhaite acheter le matériel de base ainsi que les ingrédients nécessaires, on se retrouve face à une multitude de produits à en faire tourner la tête.
Donc, justement, gardons cette tête sur nos épaules et ne nous laissons pas avoir par le marketing tout aussi important dans les boutiques naturelles que les boutiques standards.

Ingrédients polyvalents et objectifs fixés :

Avant de savoir quoi acheter, il faut tout d’abord savoir quels produits souhaite-on réaliser. C’est de ce constat que nous déterminerons les ingrédients les plus pertinents.
Alors, imaginons que nous souhaitons réaliser des crèmes aux textures variées, des gels aqueux, des baumes, des produits pour le bain, des soins aux huiles. Derrières ces dénominations bien larges, se cachent de nombreux produits réalisables.

Après avoir fait un petit détour des produits que l’on souhaite faire, il faut garder en tête une chose primordiale : ne pas acheter un ingrédient pour un soin unique. Lors de vos achats, regardez les « fiches techniques » pour savoir si un ingrédient peut être utilisé pour réaliser plusieurs types de produits. Pour plus de précisions, je vais vous lister les ingrédients de base que je considère comme suffisants pour débuter dans la fabrication. Vous le verrez, chaque ingrédient pourra être employé pour divers soins.

Matières premières de fabrication et matériel :

(Bien que je puisse citer des boutiques que je considère comme intéressantes pour les ingrédients qui suivent, ce n’est aucunement à titre publicitaire. Je ne toucherai donc rien, même si vous y faites vos achats). 😉

ing1Emulsifiant : cet ingrédient permet de mêler l’eau et l’huile en une crème dont l’homogénéité est stable. Selon la quantité d’huile et la quantité d’eau, vous obtiendrez des textures très différentes qui se prêteront à des utilisations tout autant différentes (curatives et cosmétiques). Vous pourrez ainsi obtenir des textures légères et fluides, non grasses, riches et couvrantes etc. Préférez un émulsifiant simple d’utilisation. Je vous conseil l’Emulsan (Methyl glucose sesquistearate) de chez Aroma-Zone.

ing2Huile végétale : c’est bien connu, l’huile végétale est particulièrement intéressante pour nourrir la peau ainsi que pour améliorer la pénétration des actifs liposolubles tels que les huiles essentielles.
Choisissez celle qui vous plait et optez pour une huile polyvalente. Je conseille généralement l’huile d’olive qui peut convenir à toutes les peaux. Mais, faites en fonction de votre peau. Si elle est grasse, optez pour le jojoba ou le macadamia entre autres. Si elle est sèche, l’huile d’avocat ou d’amande douce sont très bien. Si vous disposez d’un petit budget, inutile de vous ruiner dans des huiles exotiques qui coûtent cher. La plupart des bons acides gras se trouvent dans les huiles végétales courantes. De plus, il n’est pas nécessaire d’acheter dix bouteilles différentes. Une seule huile végétale bien polyvalente est bien suffisant.

ing3Acide caprylic : il s’agit d’un acide gras de l’huile coco. C’est en réalité la fraction la plus légère de cette huile. Personnellement, je l’adore ! Elle apporte une texture très fluide et pénétrante permettant la réalisation de produits hautement confortables et semblables à ce qu’on trouve dans le commerce. Mais c’est une fraction d’huile, donc elle ne pourra suffire à apporter tous les acides gras nécessaires à la peau. Si vous souhaitez de bons acides gras ainsi qu’une texture confortable, vous pouvez coupler une huile végétale avec l’acide caprylic. La dénomination « Caprylis » est commerciale.

ing4
Cire de soja :
cette cire est en réalité une huile qui a été hydrogénée pour la rendre solide. De part son point de fusion assez bas (50°C), elle est intéressante dans la confection de baumes et de bougies de massage. De plus, contrairement à d’autres cires, elle a l’avantage d’offrir une texture plus pénétrante et moins grasse.


ing5Gomme xanthane :
c’est un agent gélifiant qui va permettre de donner de la texture à vos émulsions mais aussi à créer des gels aqueux. Issus de la fermentation du sucre par une bactérie, cette gomme s’emploie facilement et permet d’obtenir plusieurs textures de gel. Elle permet également de stabiliser certaines émulsions ce qui la rend particulièrement polyvalente.

 

ing6Gélisucre : ici, il s’agit d’un ester de sucre mêlé à de l’huile et de la glycérine ainsi que de l’eau (selon la fiche produit d’Aroma-Zone). Ingrédient intéressant car il permet de gélifier des huiles pour ainsi en faire des soins huileux mieux applicables. Son « petit » plus ? Il est capable de transformer les huiles en « lait » permettant un rinçage optimal après application. Cela évite les sensations de gras peu confortables sur la peau. Plus encore, cette particularité lui permet de l’employer pour y diluer des huiles essentielles et d’employer celles-ci dans un bain, sans craindre une mauvaise dispersion. En effet, le « lait aux essences » ainsi obtenu permettra de les disperser convenablement.
Bref, pour moi, cet ingrédient est un coup de cœur.

ing7Glycérine végétale : cet ingrédient est particulièrement intéressant lorsqu’on souhaite réaliser des soins qui auront la capacité d’être émollients et hydratants. La glycérine permet effectivement d’assouplir les tissus et d’y maintenir l’hydratation. Je la trouve alors particulièrement utile, d’autant qu’elle pourra être intégrée dans diverses émulsions, gels et autres. Elle pourra d’ailleurs être employée comme solvant pour réaliser des extraits glycérinés.

ing8Conservateur : indispensable, je vous le recommande vivement. Sans conservateur, vos préparations contenant de l’eau ne pourront pas se conserver plus de quelques jours au réfrigérateur. Choisissez un conservateur écocertifié pour les produits bios. Plus respectueux de l’environnement et de l’Homme que les conservateurs industriels classiques, il ne faut pas hésiter à l’employer. Je vous conseille le Cosgard vendu chez Aroma-Zone.
Vous trouverez parfois la Vitamine E comme agent de conservation : elle n’est utile que pour les huiles en empêchant leur rancissement. Son action anti-oxydante est un avantage supplémentaire pour la peau. Si vous ne souhaitez pas investir dans la vitamine E, choisissez des huiles stables et peu oxydables.

Pour ce qui est du matériel, vous pouvez trouver du matériel digne des pros et particulièrement dispendieux. Mais vous n’êtes pas obligé de transformer votre lieu de vie en laboratoire !Quelques outils vous permettront de bien travailler. Voyons lesquels.

ing9Balance de précision : vous avez peut-être remarqué que mes recettes sont souvent précises. C’est normal. Si on souhaite reproduire une formule pour obtenir un résultat prévu, il faut la reproduire à l’identique et ne pas faire d’approximations en matière de dosages.
Ne vous inquiétez pas, un écart de dosage ne sera pas dangereux pour vous, mais il est préférable de les éviter si on souhaite un soin correctement réalisé.
Les balances de cuisine ne sont, pour la plupart, pas assez précises. Elles engendrent souvent un écart d’1g, ce qui peut changer le résultat d’une recette si on mesure un émulsifiant, par exemple. Préférez-donc une balance qui précise au 0.1g, on en trouve facilement aujourd’hui et pour tous les prix.

En fait, c’est tout ! Oui, la balance fait partie de ce que je pense être indispensable, le reste c’est du confort. Alors justement, qu’est-ce c’est « le reste » ?
Le reste, ça peut être un bol en inox pour réaliser vos mélanges, des petits béchers pour mesurer vos liquides et faciliter leurs versements grâce aux becs verseurs. Ce sont les mini spatules qui permettent de prélever des poudres en petites quantités, ce sont les entonnoirs qui facilitent le transvasement de vos préparations dans vos flacons. C’est également les maryses, les petits fouets, les seringues (sans aiguilles) etc. etc.

Si vous ne souhaitez pas acheter ces petites choses, pas de problème. Un simple bol suffira pour vos mélanges, des verres contiendront vos liquides. Vos couteaux prélèveront vos poudres, vos fourchettes permettront de mélanger vos préparations. Bref, vous ne serez pas vraiment gênés.
Mais n’oubliez pas qu’il faut bien nettoyer votre matériel de fabrication (à l’alcool de pharmacie par exemple), qu’il soit spécialement dédié à vos recettes ou qu’il vienne de votre cuisine.

Et les actifs dans tout ça ?

Bah oui, je n’ai pas encore parlé des actifs ! Si vous disposez déjà de quelques bonnes huiles essentielles et plantes dans vos placards, qu’elles sont utilisables pour divers problèmes, inutiles d’en acheter pléthore… même si la tentation vous motive.
Bien sûr, je ne vous empêche pas d’acheter celles que vous voulez, mais je vous conseille de vous en tenir aux indispensables si vous ne disposez que d’un petit budget.
Des indispensables telles que l’essence de citron, le cèdre de l’Atlas, la lavande fine, la menthe poivrée, le niaouli, le romarin à cinéole ou encore le tea tree.
Ces huiles essentielles couvrent déjà un large panel d’utilisations. Elles sont antiseptiques, astringentes, cicatrisantes, décontractantes, purifiantes, toniques et j’en passe !

Ensuite, pour ce qui est des plantes, à vous de voir celles que vous utilisez habituellement. Elles sont généralement peu chères, et donc, ne devraient pas exploser votre budget. Si vous disposez d’un jardin ou de quelques pots, vous pouvez même les cultiver.

Quels fournisseurs ?

Il y en a quelques uns qui méritent le détour. Vous pourrez trouver des sites qui se spécialisent plus sur la vente d’actifs tels que les huiles essentielles ou végétales, les plantes en vrac, les extraits standardisés etc. Et puis il y a des sites qui vendent, en plus de ce que je viens de citer, les matières premières de fabrication. Là, vous avez le choix et vous remarquerez quelques différences en matière de prix. Je vous donne alors quelques références françaises à aller voir. Je rappelle que je ne fais pas plus de pub que cela, c’est simplement pour éclairer sur ce qui existe. En dehors de cela, Google est votre ami. 😉

Aroma-Zone
Huile & Sens
Les utiles de Zinette
Les essentielles de Cristine
Aromat’Easy
Ma cosméto perso

Au-delà de ces sites internet, vous pouvez trouver quelques ingrédients naturels dans les boutiques bio, ou encore les épiceries orientales, africaines et asiatiques. Vous y trouverez de bonnes huiles et beurres végétaux, quelques plantes très intéressantes.

À vous de jouer !

Comme je vous l’ai montré, cet article a pour but de vous guider dans l’achat de vos matières premières. On peut souvent être tenté d’acheter tout et n’importe quoi sans forcément savoir ce dont on a réellement besoin. Je suis passé par là à mes débuts et je me suis efforcé de rester rationnel face à la grande tentation de tout acheter !
Ainsi, je n’ai jamais acheté sur un coup de tête mais j’ai toujours réfléchi à ce que je peux faire. C’est pourquoi je vous ai transmis cette démarche.

Pour réaliser cet article, j’ai volontairement choisi de me baser sur un petit budget, pour que tout le monde puisse s’y retrouver. En me basant sur un des sites proposé, et en simulant un achat de ces produits en quantité raisonnable (je n’ai pas pris les plus grandes quantités proposées), je suis à moins de 40€ et si je rajoute la balance, à moins de 50€.

Vu comme ça, on peut se dire : ça fait cher le panier !
En fait non. Faites le calcul des produits que vous achetez au supermarché, en parfumerie, en pharmacie et parapharmacie ainsi qu’en boutique bio sur un mois. Vous tomberez vite des nues.
Ici, avec un panier de moins de 50€ vous pourrez réaliser plus de soins du quotidien que ce que 50€ peut vous permettre dans le commerce. Bien sûr, je ne parle pas des produits complètement chimiques et bon marché. Il faut comparer ce qui est comparable, à savoir : des produits naturels du commerce avec des produits naturels faits soi-même.

Voilà donc pour les quelques éclaircissement relatifs à tous ces ingrédients que vous pourrez trouver dans les formules que je vous propose. Nous l’avons vu, ces ingrédients naturels permettent de réaliser des produits particulièrement intéressants à utiliser au quotidien. Il serait alors dommage de s’en priver. Désormais, à vous de jouer !

L’Apothicaire. 🙂

ingfin

Publicités
Cet article, publié dans Codex: Préparations médicinales, Hygiène & Soins du corps, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Recettes de soins: mise au point

  1. danysis dit :

    Et bien voilà, il l’a fait notre Apothicaire… c’est ce que je nommerai une « belle ponte » 😉 Sglup, je suis taquine… 😉 Il faut rester vigilant en ce qui concerne le « beurre » de soja, beaucoup font des allergie au soja. Il est aussi très OGM celui-là.
    Pour la vitamine E, mais c’est bien sûr très simple, faut de l’huile de colza (au litre et pas cher en super marché) , aussi appelée huile de canola (au Canada) Elle est une source de vitamine E et d’acide alpha-linolénique, un gras essentiel de la famille des oméga-3. Comme la plupart des huiles végétales, l’huile de colza contient des antioxydants (+ que l’huile d’olive) MAIS il faut absolument savoir que l’huile de colza peu grasse est très vite absorbée par la peau.
    voir ; .http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=canola_huile_nu

    En ce qui concerne les H.E. oups, les huiles essentielles, ne les jetez jamais, elles ne se « périment » pas vous en trouverez des très épaissies, pas grave, il suffit d’1 goutte de Disper pour leur redonner leur aspect initial. Je n’ai pas non plus d’intérêt monétaire en vous indiquant ce lien 😉 http://www.aroma-zone.com/aroma/dispersant.asp

    Il est fortiche notre Apothicaire ! C’est un plaisir de le lire…

    • L'Apothicaire dit :

      Héhé ! Merci Danysis ! 🙂
      Oui, tu fais bien de rappeler que les personnes présentant des allergies au soja de devront pas l’employer, sous quelque forme que ce soit.
      Par contre, la cire de soja que j’emploie et garantie sans OGM, selon le distributeur.

      Pour la vitamine E, effectivement il y a des huiles végétales qui en sont mieux pourvues que d’autres. Cela dit, il est parfois intéressant d’employer des huiles végétales plus fragiles mais qui sont tout de même bien utiles. Avoir un peu de vitamine E n’est que du plus si on souhaite conserver son huile plus longtemps. 😉

      Ce que tu dis est vrai, les huiles essentielles ne se périment pas. Et d’ailleurs, elles se bonifient avec le temps…
      Mais ce n’est pas le cas des essences d’agrumes qui, elles, voient leurs potentiel décroître avec le temps… :/

      Le Disper est intéressant, mais pour une huile essentielle qui se serait épaissie, on peut tout simplement la diluer avec quelques gouttes d’huile végétale. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s